DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L'Eurogroupe aux prises avec le ralentissement de la croissance

L'Eurogroupe aux prises avec le ralentissement de la croissance
Taille du texte Aa Aa

Rome, Paris et Berlin ont du mal à respecter le pacte de stabilité qui exige notamment que le déficit de ses membres ne dépasse pas les 3% du PIB. Une règle assouplie en mars dernier.

A l’aube de la présidence britannique de l’Union, les grands argentiers de la zone euro, réunis à Bruxelles, ont donné deux ans à l’Italie pour qu’elle assainisse ses comptes. Une flexibilité due notamment à la faible croissance de la zone. L’excuse ne sera pas forcément valable pour la France. D’après les experts de la Commission européenne, Paris peut revenir sous la barre des 3% d’ici la fin de l’année. S’ils estiment que l’hexagone a délibérément creusé son déficit, des sanctions pourraient être prises. Berlin n’est pas mieux lotie. Le ministre allemand des Finances, Hans Eichel, table sur un déficit de 3,7% pour 2005. La Commission européenne pourrait lui formuler quelques recommandations. Un premier pas vers d‘éventuelles sanctions.