DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Angela Merkel et la France

Vous lisez:

Angela Merkel et la France

Angela Merkel et la France
Taille du texte Aa Aa

L’offensive d’Angela Merkel. Celle qui pourrait devenir la première chancelière de l’histoire de l’Allemagne multiplie les visites à l‘étranger, comme ici au Kosovo, vendredi dernier, où elle a salué les troupes allemandes en vrai chef d’Etat. Son étape en France est hautement symbolique en pleine crise de l’Union européenne.

Si Angela Merkel l’emporte en septembre, qu’adviendra-t-il du couple franco-allemand ? On l’imagine mal partager avec Jacques Chirac l’amitié qui le lie à Gerhard Schröder. D’autant qu’avec le président français, les points de divergence sont nombreux :- D’abord, sur la Turquie. Angela Merkel défend l’idée, son idée, d’un partenariat privilégié, alors que les négociations d’adhésion doivent débuter en octobre. Sa thèse : les Européens s’inquiètent des futures frontières de l’Union.- Ensuite, sur l’Irak. Angela Merkel a toujours critiqué le pacifisme de Schröder et Chirac. Elle aurait voulu que l’Allemagne joue un rôle aux côtés des Etats-Unis pendant l’intervention, même si elle suivait l’opinion publique quand elle excluait l’envoi de troupes allemandes.- Enfin, et c’est sans doute ce qui causera le plus d‘états d‘âme à la France de Chirac, les relations de l’Allemagne avec Washington. Pas question pour Angela Merkel de jouer la carte de l’opposition aux Etats-Unis. Elle veut absolument éviter toute nouvelle confrontation. On est donc très loin du couple François Mitterrand – Helmut Kohl. Loin aussi, même si l’alchimie a pris du plomb dans l’aile, du couple Chirac – Schröder. Mais les relations franco-allemandes pourraient redevenir très soudées si dans deux ans c’est Nicolas Sarkozy qui jouait les premiers rôles. Angela Merkel croit au moteur franco-allemand dans l’Union européenne, mais elle veut casser l’image du vieux couple, celui qui prend des décisions à la place des autres. Elle se dit convaincue que la France et l’Allemagne doivent se mettre au service de l’Union européenne.