DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Opération de maintenance réussie pour Discovery.

Opération de maintenance réussie pour Discovery.
Taille du texte Aa Aa

L’astronaute américain Stephen Robinson a réussi à retirer à la main les deux morceaux de joints, de plus de 7 centimètres pour l’un, qui dépassaient entre les tuiles thermiques, sous le ventre de la navette. Une réparation inédite et risquée à 352 kilomètres en orbite au-dessus de la terre : Stephen Robinson était arrimé par les pieds à l’extrémité d’un bras robotisé long de 20 mètres, manoeuvré par la co-pilote de la navette.

Après cette première, le mécano de l’espace a pris des photos du ventre de la navette. L’opération était nécessaire pour déclarer Discovery apte au retour dans l’atmosphère terrestre, à une vitesse de plus de 20 000 kilomètres heure. La Nasa refuse de prendre le moindre risque après l’accident en 2003 de Columbia, dû à un défaut du bouclier thermique.