DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Japon : Koizumi irrite la Chine

Japon : Koizumi irrite la Chine
Taille du texte Aa Aa

Hasard du calendrier? Ou pure provocation à l‘égard de Pékin? Fort de son triomphe électoral, le Premier ministre japonais s’est rendu ce lundi dans un haut lieu du nationalisme nippon : c’est dans le sanctuaire shintoiste de Yasukuni, à Tokyo, qu’il a honoré la mémoire des soldats morts au combat.

Une visite surprise qui intervient le jour jour même où l’ancien ennemi chinois se réjouit du retour de son vol spatial habité Shenzhou VI. Ce sanctuaire ne fait pas l’unanimité au sein de la population japonaise : une quinzaine de criminels de guerre condamnés par les alliés en 1945 y a en effet été secrètement enregistrée dans les années 70. La visite éclair de Joschiro Koizumi au sanctuaire de Yasukuni irrite la Chine, mais aussi d’autres pays asiatiques qui ont subi le colonialisme nippon. L’ambassadeur chinois au Japon a vigoureusement protesté contre la visite de ce lundi, la rendant responsable de la dégradation historique des relations sino-japonaises. Des relations au plus mal depuis des mois. En avril dernier, plusieurs villes chinoises avaient vu défiler des manifestations anti-japonaises parfois violentes. En cause, entre autres, un manuel d’Histoire publié au Japon. Pékin estime que ce livre glorifie le passé colonialiste du Japon.
Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.