DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Kosovo entre inquiétude et douleur

Vous lisez:

Le Kosovo entre inquiétude et douleur

Le Kosovo entre inquiétude et douleur
Taille du texte Aa Aa

Le décès d’Ibrahim Rugova plonge le Kosovo dans l’incertitude. Il laisse un vide au sein des instances politiques. L’Onu a d’ores et déjà annoncé le report de l’ouverture des négociations directes sur le statut définitif de la province serbe qui aurait dû commencer le 25 janvier à Vienne. C’est ce jour-là qu’auront lieu les funérailles nationales d’Ibrahim Rugova.

Emblème de la lutte du Kosovo pour l’indépendance, Rugova disparaît sans avoir vu la province qu’il présidait accéder à l’indépendance. Bien qu’administrée par les Nations unies depuis l’arrêt des bombardements de l’Otan mi-1999, la province du Kosovo fait toujours partie intégrante de la Serbie. Conformément aux règles des institutions kosovares, le président du Parlement, l’Albanais Nexhat Daci, a été nommé président du Kosovo par intérim. Les députés ont trois mois pour trouver un successeur à Rugova. Rugova n’avait pas de successeur désigné au sein de sa formation, la Ligue démocratique du Kosovo, et aucun projet pour le remplacer à la tête de l‘équipe de négociateurs du Kosovo n’a été annoncé. De Belgrade, le président serbe Boris Tadic a fait part de son espoir que la mort d’Ibrahim Rugova n’interrompe pas le processus en cours pour tenter de trouver un compromis pacifique pour le statut du Kosovo.