DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Giorgio Napolitano, nouveau président de la République italienne

Vous lisez :

Giorgio Napolitano, nouveau président de la République italienne

Giorgio Napolitano, nouveau président de la République italienne
Taille du texte Aa Aa

Giorgio Napolitano, bientôt 81 ans, est le premier ex-communiste à accéder à la plus haute fonction de l’Etat italien. Mais celui qu’on surnommait “migliorista” (celui qui veut faire mieux) n’a jamais été partisan de la révolution, mais plutôt de la méthode réformiste : “Les positions que je défendais étaient celles qui prônaient une évolution profonde du parti communiste : l’ouverture vers l’Occident et l’Europe, et par conséquent une défense de la dialectique démocratique”.

Né en 1925 à Naples, Giorgio Napolitano entre très jeune en politique. Etudiant, il fonde un groupe communiste qui combat les nazis et les fascistes. En 1945, il adhère au Parti Communiste Italien. Diplômé en droit, élu député pour la première fois en 1953, il fait partie des jeunes cadres communistes, chargés par Palmiro Togliatti, après l’insurrection hongroise, de rénover le PCI sans rompre avec l’URSS.

Napolitano représente alors la droite du parti, il plaide pour les libéralisations, se déclare en faveur de l‘économie de marché et dialogue avec les socialistes. Pendant longtemps, on parlera de cet esprit indépendant comme du communiste le moins communiste du PCI.

Au lendemain de la chute du mur de Berlin, il est l’un des promoteurs de la conversion à la social-démocratie de la majorité du PCI, devenu le Parti des Démocrates de Gauche.

Elu président de la Chambre des députés en 1992, il fait preuve de mesure et d‘équilibre. En se plaçant au-dessus des partis, il gagne en estime auprès de la classe politique italienne.

Ministre de l’Intérieur du premier gouvernement de Romano Prodi en 1996, ce vétéran de la politique italienne et européen convaincu siègera au Parlement européen entre 1999 et 2004. En 2005, il est nommé sénateur à vie.