DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Berlin et Paris durs avec la Turquie

Vous lisez:

Berlin et Paris durs avec la Turquie

Berlin et Paris durs avec la Turquie
Taille du texte Aa Aa

C’est ce qui est ressorti de la rencontre entre Angela Merkel, Jacques Chirac, Lech Kaczinsky – et Saint Nicolas. La Chancelière allemande et les présidents français et polonais se sont retrouvés en Allemagne et ont évoqué notamment la question de la Turquie, dont la Commission a proposé de geler partiellement le processus d’adhésion à l’Union européenne.

Angela Merkel veut aller plus loin et a proposé que le dossier dans son entier soit réévalué dans au moins un an afin de comptabiliser les progrès réalisés par Ankara : “Nous ne voulons pas d’ultimatum, mais du côté des Etats membres, nous souhaitons nous fonder sur les rapports de la Commission européenne, celle-ci doit nous dire ce qui a été atteint et si nous pouvons aller de l’avant, et ceci entre l’automne 2007 – les élections turques – et les élections européennes au printemps 2009”.

Réaction de Reccep Tayip Erdogan, le Premier ministre turc a déclaré que l’unique perdant avec une telle suspension des pourparlers serait l’Union européenne. La Turquie n’a toujours pas étendu à Chypre le protocole d’Union douanière qu’elle a signé avec l’Union, elle a en théorie jusqu‘à la fin de l’année pour le faire. Les 25 prendront d’ici dix jours une décision sur la Turquie, mais avec cette “clause de rendez-vous” proposée par Berlin et Paris, c’est bien le camp des durs qui gagne du terrain.