DERNIERE MINUTE

Massoud Barzani: une opération militaire turque au Kurdistan irakien déclencherait une guerre dévastatrice

Massoud Barzani: une opération militaire turque au Kurdistan irakien déclencherait une guerre dévastatrice
Taille du texte Aa Aa

Massoud Barzani, le leader du Parti démocratique du Kurdistan lance un avertissement: une attaque contre les Kurdes en Irak serait une catastrophe et déclencherait une “guerre dévastatrice dans la région”. Cette déclaration fait suite à la menace d’Ankara de mener une opération militaire en Irak contre les rebelles kurdes. La Turquie comme les Etats-Unis considèrent en effet le PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan, comme une organisation terroriste. Le conflit irakien, la présence des troupes américaines, le rôle mineur joué par l’Europe: Massoud Barzani répond aux questions d’EuroNews.

EuroNews : En ce qui concerne le Kurdistan, y-a-t-il des craintes d’une intervention turque dans les affaires irakiennes ?

M.Barzani : On entend de temps à autres des menaces turques mais nous voyons que la meilleure solution c’est le dialogue.

EuroNews : Une intervention peut-elle ajouter un troisième problème aux divisions actuelles en Irak ?

M. Barzani : Evidemment, une intervention turque dans les affaires irakiennes aboutirait à une catastrophe pour toute la région, pour la Turquie, pour l’Irak et pour tous les autres.

EuroNews : Quelle genre de catastrophe ?

M. Barzani : Ce serait le début d’une guerre dévastatrice dans la région.

EuroNews : Elle pourrait toucher d’autres pays ?

M.Barzani : Elle peut se déplacer et se propager à d’autres pays.

EuroNews : Dans les pays où se trouvent des Kurdes ou au delà de cette zone ?

M.Barzani : Il y aura une réaction irakienne forte de la part des Irakiens, surtout au Kurdistan.

EuroNews : Les Kurdes sont-t-ils plus concernés que les autres ou est-ce l’ensemble de l’Irak qui est concerné?

M.Barzani : Non, tout l’Irak est concerné, car cela signifie une violation de la souveraineté du pays.

EuroNews : Avant la guerre, il y a quatre ans, il y avait des craintes de libanisation de l’Irak, maintenant on craint une irakisation du Liban. Ces craintes sont-elles fondées ?

M.Barzani : Non, je ne crois pas qu’il est juste de prendre l’exemple libanais pour l’Irak ou vice versa. Le Liban a sa particularité, l’Irak aussi.

EuroNews : Il y a des pressions de la part du sénat américain sur l’administration Bush. Comment voyez-vous ces pressions qui visent à retirer les troupes étrangères d’Irak ?

M.Barzani : Il me semble qu’il y a des éléments qui manquent à la connaissance du Congrès américain. De telles pressions sur le président Bush ne servent pas les intérêts américains, ni ceux de leurs alliés ou encore la lutte contre le terrorisme.

EuroNews : Vous souhaitez donc que les forces américaines restent en Irak ?

M.Barzani : La présence des forces américaines est importante. Je ne parle pas du nombre mais le principe de leur présence, dans les conditions actuelles, est très important.

EuroNews : S’agit-il de forces de libération ou d’occupation ?

M.Barzani : La grande erreur a eu lieu après la libération.

EuroNews : Quelle erreur ?

M.Barzani : L’erreur c’est la résolution 1483 de l’ONU qui autorise l’occupation. Les forces de libération sont alors devenues des forces d’occupation. C’est là que les problèmes ont commencé.

EuroNews : Souhaitez-vous que les choses changent et que les Américains laissent l’Irak aux Irakiens ?

M.Barzani : Il est important qu’il y ait un accord clair entre le gouvernement irakien et les Etats-Unis. Chacun doit connaître ses devoirs. Les forces américaines ne doivent pas intervenir comme des policiers dans la vie quotidienne des Irakiens.

EuroNews : On dit qu’il y a des pays extrémistes qui cherchent les troubles et l’instabilité en Irak…

M. Barzani : Il y a beaucoup de pays qui ont des comptes à régler avec les Etats-Unis. Ces pays veulent régler ces comptes sur le sol irakien au détriment des intérêts de l’Irak.

EuroNews : Qui se cache derrière les divisions internes en Irak entre sunnites et chiites ?

M.Barzani : Malheureusement, il y a des forces extrémistes côté sunnite comme chiite. Chacune mène des opérations contre l’autre.

EuroNews : Y a t-il un espoir que ces opérations se terminent ?

M.Barzani : Le conflit est profond et enraciné. Je ne vois pas de fin à ce conflit dans l’immédiat.

EuroNews : Pourquoi l’Europe est-elle absente ?

M.Barzani : C’est une question que je me pose. Pour quelle raison l’Europe est quasi absente notamment en ce qui concerne l’Irak ? Cette question me préoccupe.

EuroNews : Vous pensez que l’Amérique tente d‘écarter l’Europe de la région ?

M.Barzani : Je ne pense pas. Au contraire, l’Amérique invite ses alliés européens à participer aussi bien militairement qu‘économiquement.

EuroNews : Cela place donc l’Europe au seul niveau des aides financières ?

M.Barzani : Non, elle peut participer concrètement dans le processus de stabilisation, dans les investissements, la construction.

EuroNews : Comment voyez-vous l’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne ?

M.Barzani : J’espère que la Turquie adhèrera à l’Union aux conditions des Européens.

EuroNews : Conditions européennes, pourquoi ?

M.Barzani : Car cela aidera à la propagation d’une démocratie réelle en Turquie.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.