DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Kosovo : bras de fer persistant entre la Russie et l'OTAN

Vous lisez :

Kosovo : bras de fer persistant entre la Russie et l'OTAN

Kosovo : bras de fer persistant entre la Russie et l'OTAN
Taille du texte Aa Aa

L’OTAN s’efforce d’afficher son unité sur la question du Kosovo face à une Russie très critique. Le Kosovo est un des sujets épineux abordés par les 26 pays de l’Alliance Atlantique réunis à Bruxelles. La probable proclamation d’indépendance de la province serbe est au coeur des préoccupations. Elle a été évoquée lors d’un conseil OTAN-Russie avec le ministre russe des affaires étrangères. Sergueï Lavrov a réiteré la position de Mosou, allié de la Serbie et fermement opposé à toute perspective d’indépendance : “Régler la question du statut du Kosovo hors du
cadre de l’ONU créerait un précédent et conduirait l’Europe sur une “pente
glissante” aux “conséquences imprévisibles”, a t-il dit.

Quoi qu’il arrive, l’OTAN compte maintenir ses troupes dans la province pour prévenir toute violence, c’est ce qu’a rappelé le secrétaire général de l’organisation Japp de Hoop Scheffer :
“Quelque soit le résultat final sur le statut du Kosovo, la province doit rester un endroit où les habitants, Albanais, Serbes et autres, vivent ensemble en paix, sans peur des intimidations. Nous sommes donc déterminés à jouer notre rôle”.

17 000 soldats de la KFOR sont actuellement déployés au Kosovo, un territoire administré par l’ONU depuis la fin de la guerre, en 1999. Après l‘échec des pourparlers entre les Serbes et les Kosovars albanais, la perspective d’une déclaration unilatérale d’indépendance apparaît inéluctable. Une telle indépendance serait-elle légale ? La question divise les alliés occidentaux.
Dans tous les cas, une telle indépendance n’obtiendrait pas l’aval du Conseil de sécurité de l’ONU où la Russie dispose d’un droit de véto.