Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Mikhaïl Kassianov sur la touche

 Mikhaïl Kassianov sur la touche
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

L’ancien Premier ministre russe Mikhaïl Kassianov est obligé de sortir de la course à la présidentielle prévue le 2 mars prochain. La commission électorale a refusé d’enregistrer sa candidature. Elle explique que plus de 80.000 signatures de soutien à Kassianov ne sont pas valables. Le candidat écarté appelle à boycotter le scrutin.

“L’espoir de millions de Russes, qui attendaient que le président Poutine accomplisse son principal devoir constitutionnel et garantisse des élections libres, s’est envolé”, a critiqué Mikhaïl Kassianov. Dans l’opposition, seul Guennadi Ziouganov, le chef du Parti communiste, reste donc en course. Il qualifie la future présidentielle de “bouffonnerie”. Il déplore notamment le temps d’antenne, excessif selon lui, accordé au dauphin du président Poutine sur la télévision publique russe. Dmitri Medvedev, c’est lui, a un boulevard devant lui. Mis en selle par Vladimir Poutine en personne, il est le super favori dans les sondages.