DERNIERE MINUTE

Düsseldorf main dans la main avec les entrepreneurs chinois

Düsseldorf main dans la main avec les entrepreneurs chinois
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

2008 l’année du Rat. Les astrologues chinois assurent qu’il s’agit d’un signe de prospérité. Les natifs de l’année du rat sont des pionniers, des personnes méticuleuses, méthodiques… autant de qualités nécessaires aux entrepreneurs selon les chinois.
L’Union européenne semble inquiète de la domination chinoise qui semble s’installer dans le monde des affaires. Ce n’est pas le cas de la ville de Düsseldorf en Allemagne.

Depuis plusieurs années la ville encourage les hommes d’affaires chinois à s’installer sur place. La Chine a porté la production de l’acier à des niveaux records ces dernières années, les compagnies chinoises font de plus en plus concurrence aux industries allemandes et Pékin pourrait ravir cette année le titre de meilleur exportateur mondial. “Aussi longtemps que nos exportations augmentent de belle manière, cela ne me dérange pas. De toute façon on obtient rien, il n’y a aucune médaille d’or pour celui qui termine numéro un. Pour nous ce qui importe c’est d’avoir une hausse de 5 à 10%” explique le maire Joachim Erwin.

Près de 200 entreprises chinoises ont déjà répondu à l’invitation du maire de Dusseldorf. Sinophile convaincu, même s’il n’aime pas beaucoup la nourriture et parle très peu la langue, Herr Erwin voit clairement l’interêt de cette politique pour sa ville. Tout comme Vodafone, dont le siège allemand se trouve à Dusseldorf qui a signé un partenariat avec deux grandes compagnies de télécoms en Chine. Toutes deux, Huawei et ZTE, sont d’ailleurs désormais implantées à Düsseldorf. “Huawei est notre fournisseur et notre partenaire. Nous achetons des infrastructures à Huawei. Nous achetons des produits de consommations à Huawei. Nous avons des laboratoires d’innovation en Espagne tout comme en Allemagne. C’est une situation gagnant-gagnant” explique un cadre de Vodafone.

Huawei est la plus grande entreprise en Chine dans le secteur des technologies de l’information et de la communication. Elle vient de remporter un important contrat au Moyen Orient au dépend d’entreprises européennes. Les cadres d’Huawei, chinois et allemands, ont le sourire. “Il s’agit d’un environnement très compétitif. Chaque compagnie tente de faire de son mieux, d’avoir la meilleure offre, la meilleure solution pour le client, et nous à Huawei nous essayons d‘être meilleurs que les autres, et parfois nous réussissons” assure Christopher Moch de Vodafone Allemagne. Huawei a singulièrement réussi sa percée en Europe depuis 2005, s’implantant dans plusieurs pays et décrochant de nombreux contrats.

Les célébrations du Nouvel An chez Huawei témoignent des efforts d’intégration multiculturelle. “Nous avons vu que le mélange des cultures n’est pas en gros problème en soi. La langue est différente et les langues nous différencient culturellement, mais au fond la philosophie, l’humour et la bonne humeur sont les mêmes” dit Lilian Li, vice-Présidente dehuawei europe…

Le projet Düsseldorf Chine n’est néanmoins pas sans problèmes. Les compagnies chinoises ont parfois des difficultés à obtenir des visas pour leur employés chinois du fait de la politique de l’emploi mené par le gouvernement d’Angela Merkel. “Parfois les gens se demandent. Mais pourquoi avons nous besoin de ces asiatique? Employons des personnes d’ici… Mais c’est difficile à trouver. Et puis il y a des personnes clefs et ces personnes doivent venir de l’usine d’origine” explique Thomas Chai de Novatech… La fabrication allemande est depuis longtemps une marque de qualité. Le “made in China” n’est pas aussi réputé. Mais les entrepreneurs chinois installés à Dusseldorf estiment que les choses évoluent.

“La mention fabriqué en Allemagne est synonyme de très bonne qualité, d’excellente qualité, tout le monde est d’accord sur ce point. Mais je pense que les gens savent que l’Asie et la Chine en particulier est une grande zone industrielle. Des entreprises d’un peu partout à travers le monde délocalisent pour produire là-bas. C’est donc globalement de la bonne qualité” répond Lilian Li.

L’invitation aux entreprises étrangères faite par la mairie de Dusseldorf ne date pas d’hier. Il y a plusieurs années déjà, des hommes d’affaires japonais ont été accueillis à bras ouverts. Plus de 5000 ressortissants nippons vivent à Düsseldorf. Il n’existe pas d‘équivalent de Chinatown à Dusseldorf, mais il existe néanmoins un centre culturel Chinois. Son fondateur Robert Cao produits en Chine des pièces de voiture pour Porsche, BMW et Mercedes. “Düsseldorf est un endroit merveilleux. Les habitants de Düsseldorf sont des gens exceptionnels. Ils sont très ouverts. Nous avons créé ce centre selon le mode de vie chinois et c’est un succès. Les Allemands sont doués pour développer les technologies, pour la recherche et pour se projeter sur l’avenir. Biens sûr nous les Chinois ne sommes pas trop mauvais. Mais nous sommes derrière sur ce genre de technologie. Derrière l’Allemagne. En coopérant étroitement, nous exploitons les points forts de chacuns”.

Air Berlin a choisi de s’appuyer sur la force de Düsseldorf. La compagnie aérienne propose déjà un réseau étendu pour toute l’europe et dès le mois de mai, décolleront des vols directs pour Shanghaï et Pékin. “Dusseldorf, après Londres, attire le plus de monde, avec 80 millions d’habitants sur un rayon de 100km, et nous avons mis en place ces dernières années d’importantes routes aériennes qui connectent Düsseldorf à l’Europe et à l’Allemagne tout entière, c’est donc le point de départ parfait pour la Chine” dit Joachim Hunold d’Air Berlin.

Une école donne des cours de langue chinois en ville, un cours devenu très populaire.
“En Allemand, un point n’a aucune signification, mais en Chinois, un ou deux points ont un sens” explique une étudiante. Pendant que ces étudiants apprennent le Chinois, Yed Tse, 13 ans s’efforce d’apprendre l’Allemand. Ce jeune prodige de shanghaï a été choisi pour étudier au Conservatoire de Musique Robert Schumann à Dusseldorf. “Mozart, Beethoven, Mendelssohn, j’apprends beaucoup ici. Je veux devenir un excellent pianiste”.

Dusseldorf a fêté comme il se doit le nouvel an chinois, avec de nombreuses manifestations. Et si les prévisions de la mairie se confirment, les célébrations de l’année du boeuf l’année prochaine seront encore plus importantes.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.