DERNIERE MINUTE

Turquie: complot ou intimidation ?

 Turquie: complot ou intimidation ?
Taille du texte Aa Aa

L‘éventuelle dissolution de l’AKP, le parti au pouvoir provoque des remous en Turquie.
Le n°2 de l’armée a lancé un appel au calme mercredi au lendemain de l’interpellation d’une vingtaine de personnes. Selon les autorités il s’agirait d’ultranationalistes; parmi eux des journalistes, des généraux à la retraite, des hommes politiques soupçonnés de chercher à renverser le gouvernement islamiste modéré.
L’armée, pilier de la laïcité en Turquie a mis en doute la légalité de ces opérations policières.
Hasard ou coïncidence elles ont eu lieu peu avant la première audience de la Cour constitutionnelle consacrée à une demande d’interdiction du parti au pouvoir. L’AKP dirigé par le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan est accusé d’activités allant à l’encontre de la laïcité. Le procureur à l’origine de cette procédure demande par ailleurs que l’actuel chef du gouvernement et le président soient interdits d’appartenance à un parti politique pendant 5 ans. Jeudi, ce sera au tour de l’AKP d‘¡etre entendu par la Cour. L’interdiction du parti est l’hypothèse la plus probable. Elle pourrait plonger la Turquie dans une crise politique.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.