Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Alitalia : l'offre des investisseurs italiens ou la faillite

 Alitalia : l'offre des investisseurs italiens ou la faillite
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

C’est le choix que Rome laisse aux syndicats d’Alitalia, alors que la compagnie aérienne approche du précipice. Lors d’une interview télévisée ce samedi, le chef du gouvernement Silvio Berlusconi a plaidé pour l’offre de rachat retiré jeudi faute d’accord des syndicats.

“Il n’y aura selon moi aucune possibilité que d’autres entreprises se présentent, a déclaré Berlusconi. Et donc notre Alitalia pourrait effectivement se diriger vers une procédure de faillite.”

Il Cavaliere souhaite en particulier que les pilotes, les stewards et hôtesses, farouchement opposés à l’offre de rachat du consortium italien, changent d’avis.

“J’espère qu’il y aura une offre différente, estimait pourtant cette hôtesse hier, une offre émanant de quelqu’un qui comprend réellement les affaires dans le transport aérien, car l’offre de rachat est exagéré, c’est une proposition indécente.”

De son côté, la CGIL, la plus puissante confédération syndicale italienne, a relancé l’option d’une vente à une grande compagnie étrangère.
Et ce même si une partie des Italiens préfèrent qu’Alitalia reste une compagnie italienne.

Silvio Berlusconi, qui avait joué la carte de “l’italianité” de la compagnie aérienne pendant la campagne électorale, ne voit le salut d’Alitalia que dans un revirement des syndicats réfractaires.