Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

L'Europe peine à trouver des solutions communes face à la crise financière

 L'Europe peine à trouver des solutions communes face à la crise financière
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Nicolas Sarkozy réunira samedi à Paris les quatre pays européens du G8 (Italie, Allemagne, Grande-Bretagne, France) pour tenter d‘élaborer une réponse. Les présidents de la Commission, de l’Eurogroupe et de la BCE seront aussi présents.

Ce matin, le président en exercice de l’Union a reçu Jan Peter Balkenende. Le Premier ministre néerlandais auquel des sources avaient attribué l’idée d’un fonds européen a finalement plaidé pour des “fonds nationaux” de sauvetage bancaire à hauteur de 3% de chaque PNB national, tout en évoquant une somme globale de “380 milliards d’euros.

La cacophonie est totale et reprise dans toute la presse. La France a refuté à plusieurs reprises l’idée d’un fonds de secours européen pour sauver les banques doté de 300 milliards d’euros. La chancelière Angela Merkel avait immédiatement rejeté l’idée d’“un chèque en blanc aux banques”. Londres avait aussi tiqué tout en privilégiant des solutions nationales coordonnées avec les autres européens. Une critique à peine voilée à la position irlandaise. Dublin a en effet décidé de garantir pendant deux ans par une loi, les dépôts et emprunts de ses six grandes banques, à hauteur de 400 milliards d’euros soit deux fois son PIB annuel. Une mesure qui pourrait être étendue à certaines banques étrangères. En attendant, Londres craint une évasion de l‘épargne britannique.