DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

La ville martyr attend le G8 avec colère et angoisse

La ville martyr attend le G8 avec colère et angoisse
Taille du texte Aa Aa

Ce mercredi, l’Aquila accueille le sommet du G8, partagée entre inquiétude et amertume. La ville martyr italienne, théatre d’un tremblement de terre qui a coûté la vie à près de 300 personnes il y a trois mois, se prépare à recevoir les grands de ce monde. Pour le chef du gouvernement, Silvio Berlusconi, c’est l’occasion d’attirer l’attention sur la ville. Mais la majorité de ses habitants, toujours logés sous des tentes, craignent que dès la fin du G8 vendredi, ils soient oubliés. Le “Yes we camp”, des comités locaux, a remplacé le célèbre “Yes we can”, de Barack Obama.

A Rome, les manifestations anti-G8 ont déja commencé. Une trentaine d’interpellations ont eu lieu, et à l’Aquila, cinq Français armés de gourdins ont été inculpés pour détention d’armes prohibées. Les habitants de la ville dévastée redoutent des manifestations violentes. Ils n’ont pas oublié qu’un manifestant avait été tué en 2001, lors du G8 à Gênes.
Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.