DERNIERE MINUTE

Luis Yañez : de l'importance du dialogue avec Cuba

Luis Yañez : de l'importance du dialogue avec Cuba
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Interview réalisée par Maria Piñeiro, euronews.

Luis Yañez, vous êtes eurodéputé socialiste espagnol et membre de l’Assemblée Euro-Latino-americaine du parlement européen. Au début du mois, vous vous êtes rendu à Cuba avec votre épouse avec un visa de touriste, mais vous n’avez pas pu entrer. Pouvez-vous nous dire ce qu’il s’est passé et quelles explications on vous a donné ?

Luis Yañes :

Aucune explication, ni à ce moment-là, ni après. Quand je suis arrivé à l’aéroport José Martí de La Havane, j’ai montré mon passeport, tout à fait valable, et mon visa de touriste lui aussi valable. J’allais me reposer quelques jours avec ma femme mais finalement, je n’ai pas pu entrer et les autorités m’ont dit, littéralement, que je devais prendre le premier avion pour rentrer chez moi.

euronews :

Est-ce qu’on peut interpréter ce qui vous est arrivé comme un refus de Cuba de dialoguer, un signe en fait que Cuba n’est pas disposé à s’asseoir à la table pour parler ?

Luis Yañez :

Moi, j’interprète cette expulsion non comme un affaire personnelle mais plutôt comme une décision prise au plus haut niveau politique cubain. Ils savent parfaitement qui je suis… Je crois qu’il s’agit d’un geste pour dire à la présidence espagnole de l’Union européenne, à l’UE directement, où sont les limites. Aujourd’hui Cuba est en train de se refermer sur elle-même. Il y a presque une résistance jusqu’au-boutiste, il y a une espèce de “bunkerization” du pays et du régime. L‘économie du pays va très mal, la situation des droits de l’homme est toujours la même, très mauvaise, donc ils ont très peur de l’influence étrangère, du contact avec l‘étranger.

euronews :

Pourquoi l’Espagne estime-t-elle qu’il est si important d’ouvrir le dialogue avec Cuba ?

Luis Yañez :

Parce que l’Espagne considère que la “position commune” de l’UE a été approuvée en 1996 et que 15 ans ont déjà passé. Et il est temps de réfléchir, de revoir cette position commune et de faire un effort de dialogue avec Cuba pour établir de nouveaux termes dans notre relation avec Cuba.

Je crois que l’Espagne s’intéresse vraiment à l’amérique Latine et à Cuba et je crois que l’Espagne mérite un geste de confiance pour entreprendre cet effort. La tâche est énorme mais il faut essayer.

euronews :

Pourquoi l’Union européenne dialogue-t-elle avec des pays comme la Corée du Nord ou l’Iran, mais se montre réticente à faire de même avec Cuba ?

Luis Yañez :

Les réticences sont les mêmes. Le dialogue avec la Corée du Nord et avec l’Iran est très très difficile, tout le monde le sait. En plus, avec ces deux pays il y a le sujet de l‘énergie nucléaire et la fabrication possible de la bombe atomique, et donc ce sont des questions très différentes.

Dans le cas de Cuba, l’Europe n’a jamais refusé le dialogue avec l‘île, il y a eu beaucoup de voyages, comme ceux du précédent commissaire pour le développement, Louis Michel, il est allé là-bas plusieurs fois l’année dernière et il y a deux ans… Donc le dialogue ne s’est jamais arrêté. Mais il faut faire encore un effort plus grand et il faut aussi demander à Cuba de faire aussi un effort.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.