Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Economie européenne : le crash en 2010 ?

Economie européenne : le crash en 2010 ?
Taille du texte Aa Aa

euronews : “Professeur Niño Becerra, dans votre livre, vous prédisez un crash en 2010. En est-on vraiment là, alors que les bourses continuent de grimper et que les prédictions sur l‘évolution économique sont plutôt positives ?”

Niño Becerra : “Ce crash serait l‘épilogue du processus de pré-crise qui a débuté mi-septembre 2007 quand il y a eu le problème des subprimes. Nous sommes arrivés à une situation d‘épuisement qui fait que le modèle que nous connaissons, à savoir la logique crédit-consommation-dette, a atteint ses limites. La bourse grimpe pour des raisons purement spéculatives et parce que des fonds qui ont été utilisés pour les restructurations financières ont dévié vers les marchés. Je pense que cela va durer deux mois tout au plus, et ensuite ce sera la chute.”

euronews : “Quel délai prévoyez-vous avant ce crash ? Pour quel mois devons-nous attendre cette situation si catastrophique ?”

Niño Becerra : “Moi, je pense que cela se produira mi-2010, entre juin et août.”

euronews : “Alors mieux vaut ne pas penser aux vacances…”

Niño Becerra : “Eh bien, pour être honnête, les vacances cet été seront très dures, très compliquées, et attention, pas seulement à cause du crash en lui-même mais parce que le budget des familles pour partir en vacances va chuter. Le crédit sera toujours disponible pour les entreprises, mais il sera très difficile d’obtenir des liquidités pour les petits choses. En Espagne, d’après une étude, 60% des familles ont des problèmes pour boucler les fins de mois. C’est une donnée significative.”

euronews : “Pour conclure, vous m’avez confié que ce serait l’examen final pour l’Europe, que s’il n’est pas surmonté, ce sera le sauve-qui-peut. Sommes-nous dans une situation aussi grave ?”

Niño Becerra : “Depuis 1957 et le Traité de Rome, l’Europe donne le tourni à la perdrix comme on dit en espagnol, elle tourne autour du pot. Elle a accompli des choses comme le marché unique, mais aujourd’hui la situation est très grave. Il y a un excès de capacité productive, un excès de facteur travail et nous devons nous coordonner. Donc, mon point de vue est le suivant : quand les choses allaient bien, l’Europe n’a pas réussi à s’unir. Quand les choses ont mal tourné non plus. Et je pense que quand les choses iront réellement très mal, ce sera l’heure de l’examen final pour l’Europe, et ce sera l’ultime opportunité. En clair, soit l’Europe s’unit maintenant, soit elle ne s’unit jamais.”