Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Objectif de Zapatero: booster l'économie européenne

Objectif de Zapatero: booster l'économie européenne
Taille du texte Aa Aa

Euronews:
“Quel est le point commun entre la crise économique, l‘égalité homme-femme, la situation à Cuba et l’Europe bicéphale? Réponse: la présidence espagnole de l’Union.
Comme vous le savez, ce semestre c’est à l’Espagne que revient l’honneur et la responsabilité de prendre la barre de l’Union européenne. Mais la difference cette fois-ci, c’est qu’il n’y aura par un mais deux capitaines: monsieur Zapatero et monsieur Van Rompuy. Pourvu qu’ils s’entendent parce qu‘à en croire l‘économiste Santiago Niño Becerra, il y aura un crash pas plus tard qu’en 2010. Espèrons qu’il se trompe.”

En attendant, les files d’attente de demandeurs d’emplois sont longues en Espagne: on comptait trois millions neuf cent vingt trois mille chômeurs fin 2009. Un niveau historique, le plus élevé de la zone-euro. En Espagne, le taux de chômage est à son plus haut niveau depuis l’introduction de l’euro.

En automne, selon l’organisation de coopération et de développement économiques, le chômage atteignait 19,4% en Espagne. Alors que la moyenne dans les 16 pays de l’eurozone atteignait 9.8% selon Eurostat.

La présidence espagnole des 27 a donc placé la relance de l‘économie européenne à la tête de ses priorités. Une préocupation partagée par les plus hauts representants de l’UE, lors de la cérémonie inaugurale de la présidence semestrielle le 8 janvier à Madrid. Herman Van Rompuy:
“Nous allons devoir faire face en particulier à deux très grands défis, qui requièrent l’engagement total de l’Union européenne au plus haut niveau si nous voulons réussir: premièrement en finir avec la crise économique, deuxièmement répondre au défi du changement climatique.”

L’Europe s’affaiblit économiquement: avec une croissance à 1%, beaucoup disent qu’elle ne pourra pas maintenir son modèle social. Mauvais signe: la Chine vient de ravir à l’Allemagne son titre de premier exportateur mondial de biens.