Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Certains bus de la banlieue parisienne escortés par des policiers

Certains bus de la banlieue parisienne escortés par des policiers
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Après les incidents de Tremblay en France, Nicolas Sarkozy joue la carte de l’hyper-sécurité. Désormais, dans cette banlieue parisienne, les bus de la ville sont escortées par quelques 80 policiers.
Le président francais a réclamé plus d’opérations “coup de poing” dans les zones sensibles. Une fermeté affichée alors que les chauffeurs des bus attaqués, reçus à l’Elysée, voulaient davantage. Ainsi Jonathan Pigeon, qui explique que sur l’ensemble du département de Seine St-Denis, “il y a des zones à risques”. Avec ses collègues, il souhaiterait “de la sécurité partout en fait, pas que sur la ligne 619”.

Mercredi soir à Tremblay-en-France, deux bus de la ligne 619 étaient caillassés, et et l’un d’eux était même incendié par des cocktails molotov.

Cette agression, beaucoup l’ont lié à la descente de police effectuée deux jours plus tôt. Dans le cadre d’un possible trafic de drogue, quatre jeunes ont été arrêtés, et près d’un million d’euros saisis. Ce raid a coïncidé avec la diffusion d’un reportage de TF1 sur le trafic de drogue à Tremblay-en-France. La chaine française, après avoir nié tout contact avec la police, a admis avoir montré le reportage à un policier invité de l‘émission cinq jours avant sa diffusion.