DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pas d'extradition pour Roman Polanski et la liberté

Vous lisez :

Pas d'extradition pour Roman Polanski et la liberté

Pas d'extradition pour Roman Polanski et la liberté
Taille du texte Aa Aa

Le cinéaste franco-polonais est libre de ses mouvements depuis que la justice suisse a rejeté la demande d’extradition des Etats-Unis.
Son bracelet électronique lui a été retiré ce lundi midi.
La ministre suisse de la justice, Eveline Widmer-Schlimpf, a expliqué que c‘étaient les incertitudes liées au dossier qui l’avaient poussée à libérer Polanski. Elle n’a pas pu exlure que Roman Polanski avait déjà exécuté sa peine et que la demande d’extraditon présentait donc un vice grave.
Elle a mentionné que les Etats-Unis avaient refusé de transmettre le procés-verbal selon lequel le 19 septembre 1977, le juge Roger Gunson, avait bien assuré aux représentants des parties que les 42
jours que Roman Polanski avait passés dans la division psychiatrique d’une prison californienne couvraient la totalité de la peine d’emprisonnement qu’il devait exécuter.

La justice américaine demandait la comparution de Roman Polanski dans une affaire de relations sexuelles avec une mineure de 13 ans qui remonte à
1977.
Le réalisateur avait été arrêté à son arrivée en Suisse le 26 septembre 2009 à la demande des Etats-Unis. Cette arrestation avait suscité un tollé général dans le monde du cinéma et de la culture.