DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Guido Westerwelle: "la place de la Turquie n'est peut-être pas dans l'UE"

Guido Westerwelle: "la place de la Turquie n'est peut-être pas dans l'UE"
Taille du texte Aa Aa

L’horizon européen est-il en train de se dissiper pour la Turquie ? Non, à en croire le ministre allemand des affaires étrangères, en visite ce mercredi à Istanbul. Pour Guido Westerwelle, la Turquie est indissociable du reste de l’Europe, pour autant une adhésion d’Ankara à l’UE n’est pas une nécessité en soi à ses yeux.

“Je souhaite le dire dans votre langue. La direction de la Turquie est vers l’Europe. J’espère qu’il n’y aura plus de malentendus à partir de maintenant.”

Des déclarations en pointillé qui contrastent avec la position du premier ministre britannique très favorable, lui, à la candidature turque. David Cameron a même exprimé sa colère hier à Ankara, face aux lenteurs du processus d’adhésion entamé il y a déjà 5 ans, accusant au passage les opposants à ce processus, autrement dit l’Allemagne et la France, de protectionnisme et
de défendre des idées reçues.

Pour répondre à ces atermoiements, Ankara a resseré les liens ces derniers temps avec ses voisins musulmans, parmi lesquels l’Iran. Une position qui passe mal, en particulier aux Etats-Unis et chez de nombreux dirigeants européens.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.