DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Attentat d'Hariri : le Premier ministre libanais n'accuse plus la Syrie

Attentat d'Hariri : le Premier ministre libanais n'accuse plus la Syrie
Taille du texte Aa Aa

Le Premier ministre libanais fait machine arrière concernant les accusations portées à l’encontre de la Syrie. Saad Hariri a longtemps clamé que le régime syrien était derrière l’assassinat de son père en 2005. Ce lundi, il a affirmé que cela constituait une “erreur”. Il l’a dit dans une interview dans le quotidien arabe Asharq Al-Awsat. “C‘était une accusation politique, et cette accusation politique n’est plus à l’ordre du jour”, a-t-il dit.

Cette déclaration devrait contribuer à réchauffer encore un peu plus les relations entre les deux voisins.

L’attentat commis en février 2005 avait coûté la vie à l’ancien Premier ministre Rafic Hariri et à vingt-deux autres personnes. Jusqu‘à présent, les enquêteurs n’ont pas désigné officiellement le commanditaire de cet assassinat. Certaines sources ont laissé entendre que le parti chiite Hezbollah pourrait en être responsable. Le leader de ce parti a, lui, récemment accusé Israël d‘être derrière cet attentat.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.