DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Les syndicats portugais saluent une grève générale historique, le gouvernement minimise son impact

Les syndicats portugais saluent une grève générale historique, le gouvernement minimise son impact
Taille du texte Aa Aa

Ce fut un mercredi noir dans les transports publics portugais en raison de ce mouvement de protestation contre l’austérité.

Très peu de métros, un bus sur quatre, tous les vols commerciaux annulés au départ et à l’arrivée du pays.

Une mobilisation très forte selon les deux grands syndicats comme l’explique l’un de ses leaders, João Proença de l’UGT : “Pour nous, c’est la grève la plus importante et la plus grande depuis 1988 et même si on la compare aux grèves dans d’autres secteurs, elle reste celle ou la participation a été la plus massive”.

Les secteurs de l‘éducation et de la santé ont également été touchés mais pour la ministre du travail la mobilisation a été réduite : “Ceux qui ont rejoint cette grève ont exercé leur droit garanti par la constitution mais cela ne veut pas dire que le Portugal a été paralysé. Cette grève a été limitée”.

Le parlement portugais doit voter vendredi le budget 2011 qui doit permettre de ramener le déficit public de 7,3% du PIB en 2010 à 4,6% l’an prochain. Il prévoit notamment une hausse de 2% de la TVA qui va passer de 21 à 23%, l’un des taux les plus hauts de l’Union européenne.

En dépit de ces mesures d’une rigueur sans précédent, les marchés financiers maintiennent leur pression sur le Portugal. Ils craignent une éventuelle contagion de la crise irlandaise. Après Athènes et Dublin, Lisbonne pourrait être la 3ème capitale à solliciter un soutien extérieur pour rétablir ses comptes.