DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Les affrontements en Tunisie continuent malgré le couvre-feu

Les affrontements en Tunisie continuent malgré le couvre-feu
Taille du texte Aa Aa

Le centre de Tunis complètement quadrillé par la police et l’armée… Un couvre-feu a été instauré dans la capitale tunisienne à partir d’hier soir jusque tôt ce matin, une mesure décidée après les premiers affrontements dans Tunis depuis le début des manifestations mi-décembre.

Une confrontation violente a opposé hier en fin d’après-midi des centaines de jeunes à la police en centre-ville… Les manifestants ont été dispersés sans qu’on sache s’il y a eu des blessés.

Les responsables de l’opposition tentent de faire entendre leur voix, à l’instar de Maya Jribi, Secrétaire générale du Parti Démocrate Progressiste : “Nous appelons à ce que cessent les tirs tout de suite, et nous appelons à un programme de réforme globale pris en charge par un gouvernement de salut public”.

Mais malgré le couvre-feu, certaines banlieues de Tunis n’ont pas connu de répit. Des tirs ont été à nouveau entendus.

Une répression qui ajoute au ras-le-bol ambiant, selon cet homme : “On n’y croit pas. On a des promesses depuis 1987, on entend toujours ces mots. On nous a promis qu’on allait trouver du travail, qu’on allait régler nos affaires… Mais on n’y croit plus”.

La répression des manifestations a été encore plus violente en province, avec au moins deux morts à déplorer dans la ville de Douz, et parmi eux un professeur d’université franco-tunisien. A Thala également, un manifestant aurait été tué par balle mardi.

Au niveau international, la situation tunisienne suscite de vives inquiétudes… Mais en France, l’opposition dénonce le silence du gouvernement, qui a estimé ce matin par la voix du ministre de l’Education Luc Chatel que Paris n’avait pas à “s’ingérer”.

Appel à témoignage
Vous vivez en Tunisie ? Racontez-nous ce que vous vivez et ce dont vous êtes témoin.
Quelle est la situation dans votre ville ? Quelle forme prennent les mouvements de protestation ? Et pour mieux comprendre l’origine du mécontentement, partagez avec nous vos difficultés dans la vie quotidienne.
Ecrivez-nous à @euronews.net, sur facebook ou sur twitter.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.