DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Dreamliner, le dernier né de Boeing, remis à son acheteur japonais

Dreamliner, le dernier né de Boeing, remis à son acheteur japonais
Taille du texte Aa Aa

Cet avion s’appelle Dreamliner 787, et ce sont les 500 ouvriers de l’usine Boeing près de Washington qui l’ont accompagné jusqu‘à son tout premier acheteur, la compagnie nippone Ana. Le dernier né des Boeing doit s’envoler demain pour le Japon.

L’appareil de près de 140 millions d’euros est sorti des usines avec trois ans de retard, mais il a l’ambition de concurrencer l’Airbus A350 européen, dans le transport d’un grand nombre de passagers sur des longues distances.

“On se rappellera ce jour comme le plus important de toute l’histoire de la compagnie Boeing, et aussi dans celle du transport commercial aérien, a déclaré le directeur général de Boeing, Jim Albaugh. Et je sais que ce 26 septembre marquera à jamais l’aube d’un jour nouveau pour l’aviation.”

Puis le directeur général de Boeing a remis les clefs de l’avion à l’acheteur japonais, et il y en aura d’autres, des remises de clefs, puisque 821 appareils sont déjà commandés.

Le Dreamliner 787 est fabriqué à partir de matériaux composites, comme du plastique associé à du titane et de l’aluminium. Son avantage, c’est son poids , le plus léger possible pour économiser, selon ses concepteurs, 20% de carburant pendant les vols.
Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.