DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Les banques encore appelées à la rescousse de la Grèce

Les banques encore appelées à la rescousse de la Grèce
Taille du texte Aa Aa

Les grands argentiers de la zone euro sont catégoriques: les banques créancières de la Grèce vont devoir faire de nouveaux efforts et assumer des pertes conséquentes.

Pour éviter la faillite d’Athènes, les banques sont incitées à effacer au moins la moitié de la valeur des dettes grecques qu’elles détiennent contre 21% initialement prévu en juillet.

En clair, elles devront assumer des pertes de 50 à 60% pour réduire la dette à 120% du PIB contre 162% aujourd’hui. Jean-Claude Juncker, le président de l’Eurogroupe: “Nous prévoyions de négocier avec le secteur privé, et ce n’est pas utile de rendre public dès à présent les objectifs ciblés de ces négociations. Mais chacun sait que c’est cette proportion que nous allons établir.”

Reste à savoir si les banques accepteront ce nouveau plan de sauvetage. En contrepartie de l’effort attendu, les Européens planchent sur un vaste plan de recapitalisation du secteur bancaire à hauteur de 100 milliards d’euros. Objectif: amortir le choc.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.