DERNIERE MINUTE

La colère des tunisiens face à l'absence de gouvernement

La colère des tunisiens face à l'absence de gouvernement
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Des milliers de tunisiens sont rassemblés sur la place du Bardo face à la nouvelle Assemblée constituante.

Séparés par un cordon policier, 2 camps s’opposent.

D’un côté, les sympathisants islamistes, qui clament leur soutien à la majorité élue.

De l’autre, les laïcs, qui campent depuis mercredi. Des professeurs, des chômeurs, des femmes, qui critiquent l’inertie des députés face aux urgences sociales et à la paralysie de l‘économie.

“ On représente tout une variété de la société tunisienne, explique un manifestant, et on veut que ceux qui ont été élus à l’Assemblée constituante fassent correctement leur travail, c’est ce qu’on demande.”

“ Il y a là une élite qu’on voyait déjà à la télévision du temps de Ben Ali, déplore un autre manifestant, et on ne veut plus les voir. On a fait la révolution, et on a attendu 6 mois, rien n’a changé. Je veux comprendre, qui doit gouverner dans ce pays? Est-ce une minorité ou est-ce le peuple?”

Principal point de discorde entre les deux camps: le rôle, à priori conféré à l’islam dans les politiques publiques.

“ Le parti Ennahda, et ce n’est pas un parti religieux je tiens à vous le dire et le confirmer ici officiellement, c’est un parti civil, politique” a déclaré le chef d’Ennahda Hamad Jebali.

Un mois et demi apres les élections, la Tunisie n’a toujours pas de gouvernement,

mais les députés disent avoir abouti vendredi à un accord sur la répartition des pouvoirs, sorte de préalable à l‘élection présidentielle.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.