DERNIERE MINUTE

Colère des salariés d'Arcellor Mittal : 1 300 emplois vont être supprimés

Colère des salariés d'Arcellor Mittal : 1 300 emplois vont être supprimés
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Révoltés par l’annonce de la suppression de 1 300 emplois à Liège, les salariés d’Arcellor Mittal ont eu aujourd’hui un affrontement musclé avec les forces de l’ordre. Ils ont tenté de forcer un barrage pour accéder au batiment où le gouvernement se réunit justement pour discuter de la fermeture annoncée d’une cokerie et de six lignes de production. Aux jets de pierres et de pétards des 200 manifestants, les forces de l’ordre répondent par des canons à eau.

Un des salariés d’Arcellor Mittal se sent désemparé. Il ne sait pas encore ce qu’ils vont faire. Mais il l’affirme : “ je crois qu’on est beaucoup dans la même situation. Cela ira de mal en pis, si on ne fait rien. Si on n’exproprie pas Mittal en dehors de la Belgique, il n’y a pas de secret, c’est une porte ouverte à tout, si Mittal commence à faire cela.”

Des salariés, venus en car de Liège, ont bloqué la circulation sur plusieurs axes du centre de Bruxelles. De son coté, le gouvernement se heurte à un mur. “Les gens ont de moins en moins confiance en M. Mittal, déclare Didier Reynerds, le ministre belge des affaires étrangères. Après tant de promesses et tant de décisions aussi importantes, c’est assez difficile de discuter avec lui.”

Cette restructuration est un nouveau coup dur pour l‘économie belge. La fermeture en 2014 de l’usine Ford en Flandres, annoncée il y a quelques mois, va déjà entrainer la suppression de 10 000 emplois, directs et indirects.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.