Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

La "Dame de fer", eurosceptique et intransigeante

La "Dame de fer", eurosceptique et intransigeante
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Aux quatre coins du globe, les dirigeants rendent hommage à Margaret Thatcher, ex-premier ministre britannique décédée ce lundi à l‘âge de 87 ans. Mais pour certains dirigeants, ses positions inflexibles et son intransigeance n’ont pas toujours ouvert la voie au dialogue. Valéry Giscard d’Estaing a souligné sa “volonté inébranlable”, et “un caractère indomptable”. Mais Margaret Thatcher “n’avait pas beaucoup de considération pour ses interlocuteurs parce qu’elle pensait qu’ils étaient plus faible qu’elle”, a relevé l’ancien chef de l’Etat français. La leader conservatrice, qui assumait “une option très libérale, peut être à l’origine de la crise actuelle”, estime-t-il, et “pas très pro-européenne”. L’ancien chancellier allemand Helmut Kohl, de son côté, évoque une femme “formidable” et “irremplaçable”. L’ancien prsident russe, Mikhaïl Gorbatchev, a salué une “grande figure politique” et “une personnalité exceptionnelle”. Margaret Thatcher, qui a ouvert la voie aux relations commerciales avec la Russie, malgré les tensions politiques. Une époque marquée par la guerre froide, qui a aussi permis à la Grande-Bretagne de se rapprocher des Etats-Unis.

Célèbres citations de Thatcher
  • “Je ne pense pas qu’il y aura un Premier ministre femme de mon vivant.” – ministre de l’Éducation en 1973, six ans avant de devenir Prime minister, et jusque là, la seule
  • “Où règne la discorde, puissions-nous apporter l’harmonie. Où règne l’erreur, puissions-nous apporter la vérité. Où règne le doute, puissions-nous apporter la foi. Où règne le désespoir, puissions-nous apporter l’espérance.” – Citant Saint François d’Assise après sa victoire électorale de 1979
  • “Je ne suis pas une femme de consensus. Je suis une femme politique de conviction.” – 1979
  • “Je me moque de combien mes ministres parlent, tant qu’ils font ce que je dis.” – 1980
  • “Nous avons dû combattre l’ennemi de l’extérieur aux Malouines. Nous devons toujours faire attention à l’ennemi de l’intérieur, ce qui est plus difficile à combattre et plus dangereux pour la liberté.” – Sur la grève des mineurs en 1984-85, ce qui a provoqué une des plus féroces oppositions à sa politique économique
  • “Nous ne demandons pas un seul penny de la part de la communauté Économique Européenne pour la Grande-Bretagne. Ce que nous demandons, c’est simplement de récupérer notre argent.”- lors d’un sommet de la Communauté Économique Européenne 1979
  • “Pour ceux qui attendent avec impatience la phrase médiatique favorite, celle du volte-face, je n’ai qu’une chose à dire : Vous changez le cap si vous le voulez. La dame n’est pas du genre à faire marche arrière.” – à ceux qui la pressent de changer sa politique économique contre le fort taux de chômage lors de la conférence annuelle du parti conservateur, en octobre 1980
  • “C’est un jour que je n‘étais pas censé vivre.” – aux journalistes le jour suivant l’attentat mortel des indépendantistes irlandais en 1984 auquel elle a survécu à la conférence du Parti conservateur
  • “Non! Non! Non!” au Parlement en 1990, le point culminant d’un éclat anti-européen qui a poussé Geoffrey Howe à quitter son poste de vice-PM et lancé ensuite un appel à contester Thatcher
  • “Je me bats. Je me bats pour gagner.” – en novembre 1990, après n’avoir pas réussi à gagner suffisamment de voix pour éviter un second tour à l‘élection du Parti conservateur. Elle a démissionné le jour suivant
  • “C’est un drôle de vieux monde.” – à propos de sa décision de démissionner en 1990