Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Bachar al-Assad droit dans ses bottes

Bachar al-Assad droit dans ses bottes
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le président syrien Bachar al-Assad est apparu hier à la télévision Al-Manar, propriété du mouvement Hezbollah. Une interview dans laquelle il a dit être “confiant” dans la victoire de ses troupes face aux insurgés.

Il a indiqué avoir reçu des missiles sol-air de la part de la Russie. Cela dit, des sources à Moscou affirment ce vendredi que les livraisons n’ont pas encore eu lieu.

Sur le plan politique, Bachar al-Assad a affirmé qu’il n’hésiterait pas à se présenter à la présidentielle de 2014 si le peuple le voulait.

Sur le plan diplomatique, enfin, il a fait part de son intention de participer à la conférence internationale qui pourrait avoir lieu à Genève. Mais il pose une condition. “La mise en oeuvre de toute décision prise, notamment lors de la conférence de Genève, sera soumise à l’opinion publique syrienne, soumise à référendum. C’est la seule condition que nous posons. Tout le reste est inutile”.

Cette condition a été immédiatement rejettée par les représentants de l’opposition, actuellement réunis à Istanbul en Turquie. “C’est une blague, a ainsi réagi Ahmed Kamal, membre de la Coalition nationale syrienne (CNS). Il y a zéro liberté en Syrie et il y a zero sécurité. Il est impossible de vivre en Syrie. Comment peut-on faire un référendum sous un régime dictatorial et en période de guerre ?”

Pour l’opposition, pas question de participer à la conférence de Genève tant que des militants iraniens et des activistes du Hezbollah sont sur le sol syrien. L’opposition maintient également comme exigence, le départ du président Bachar al-Assad.