DERNIERE MINUTE

L'Irak en appelle aux Etats-Unis

L'Irak en appelle aux Etats-Unis
Taille du texte Aa Aa

L’appel est lancé par le ministre irakien des Affaires étrangères à l’occasion de sa venue à Washington. Hoshyar Zebari presse les Etats-Unis de s’impliquer davantage au Moyen-Orient pour briser la vague de violences qui submerge la région. Si l’administration Obama ferme les yeux, dit-il, cela aura forcément des répercussions.

Hoshyar Zebari : “Personne ici à Washington ne devrait sous-estimer l’influence que les Etats-Unis exercent sur la région, à travers leurs valeurs et leur morale. Et pour être honnête avec vous, ça ne fait aucun doute qu’il y a besoin de davantage de leadership.”

Hoshyar Zebari redoute que la Syrie, pays avec lequel l’Irak partage une frontière de 600 kilomètres, ne devienne un “repaire” pour Al-Qaïda ce qui pourrait déstabiliser toute la région. Le secrétaire d’Etat américain John Kerry en est parfaitement conscient.

John Kerry : “Al-Qaïda, comme nous l’avons vu, a lancé une série de terribles attaques visant d’innocents Irakiens. Et nous savons bien que le réseau Al-Qaïda est capable de frapper bien au-delà des frontières de l’Irak.”

John Kerry parle “d’une rue dangereuse à double sens” pour évoquer le flot d’armes et de combattants se déversant de l’Irak vers la Syrie, et vice-versa. Reste que les Etats-Unis, comme nous l’explique notre correspondant à Washington Stefan Grobe, ne parlent pas toujours d’une seule voix quand il s’agit de déterminer la politique à mener dans la région.

Stefan Grobe : “Voir les Etats-Unis jouer un rôle plus musclé se heurte jusqu‘à présent à la réalité politique telle qu’elle est à Washington. L’administration Obama, par exemple, veut vendre des hélicoptères Apache à Bagdad mais le Congrès y est fermement opposé.”

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.