Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Non aux frappes en Syrie : un revers pour Cameron

Non aux frappes en Syrie : un revers pour Cameron
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

L’opposition syrienne, déçue après le vote du parlement britannique, croit malgré tout à la possibilité de frappes sur la Syrie. A Londres, jeudi soir, le parlement a refusé par 285 voix contre 272, une participation à des bombardements aériens, un revers pour le Premier ministre David Cameron :
“Je pense que l’opinion américaine et le président Obama comprendront, a réagi David Cameron. Nous devons entendre la décision du parlement, il a parlé. Et le parlement a clairement dit qu’il ne voulait pas d’une intervention militaire britannique donc nous allons suivre cet avis.”

Un revers pour Cameron, traditionnel allié de Washington, mais un soulagement pour l’opposition britannique :“Si la Grande-Bretagne s‘était engagé précipitamment dans la guerre, sur de mauvaises bases, sans travailler avec la communauté internationale, sans passer par les Nations Unies, a déclaré Ed Miliband, c’aurait été mauvais pour notre pays et mauvais pour le peuple syrien aussi. Nous devons tirer les leçons de l’Irak “.

En France, le président Hollande a déclaré que le vote des députés britanniques n’entamera en rien sa
détermination à agir en Syrie. Avant d’ajouter que l’hexagone ne prendra pas une décision avant
de disposer de tous les éléments justifiant une intervention.