DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Un bref instant de liberté sur les réseaux sociaux sème la zizanie en Iran

Un bref instant de liberté sur les réseaux sociaux sème la zizanie en Iran
Taille du texte Aa Aa

Hier soir, durant quelques heures, les internautes ont pu se connecter à Facebook et Twitter, des sites habituellement interdits par la République islamique. Certains ont cru, dans un premier temps, que c’est le nouveau président Hassan Rohani, un modéré, qui avait légalisé l’accès à ces pages. Il n’en est rien. Après quelques heures d’accès, les usagers ont très vite été privés de leurs comptes.

Depuis, plusieurs rumeurs circulent. S’agit-il d’une manœuvre des autorités pour pister les Iraniens qui utilisent ces comptes de manière illégale ? Difficile à savoir. D’autant plus que les hauts fonctionnaires sont eux-mêmes divisés sur la question.
Ironie du sort, plusieurs ministres, mais aussi le guide suprême Ali Khamenei, possèdent un compte Twitter ou Facebook.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.