DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

En Roumanie, des villageois contre Chevron et le gaz de schiste

Vous lisez:

En Roumanie, des villageois contre Chevron et le gaz de schiste

En Roumanie, des villageois contre Chevron et le gaz de schiste
Taille du texte Aa Aa

“Solidarité avec Pungesti, non au gaz de schiste” : c’est ce qu’on pouvait lire, hier soir, sur les banderoles de près de 2000 manifestants dans les rues de Bucarest. Un défilé pour soutenir plusieurs villages de l’est de la Roumanie qui luttent contre l’exploitation du gaz de schiste sur leurs terres.

Ils accusent Victor Ponta d’avoir retourné sa veste, en accordant des permis d’exploration au géant américain Chevron. Le premier ministre roumain s‘était, en effet, toujours exprimé contre l’utilisation de cette source d‘énergie lorsqu’il était dans l’opposition.

Sur place, de nombreux habitants se relaient pour bloquer l’accès au site. Pour eux, l’extraction du gaz de schiste par fracturation hydraulique met en danger leur santé. Cette méthode consiste à injecter un mélange d’eau, de sable et de produits chimiques à haute pression pour libérer le gaz de la roche.

“Lorsqu’ils exploitent le gaz de schiste, ils utilisent beaucoup d’eau. Cela va toucher les nappes phréatiques et nos puits vont s’assécher. Et, quand ces substances toxiques et cancérigènes vont se déposer dans notre eau potable, nous allons tomber malade et mourir”, dit cet homme.

L’extraction du gaz de schiste par fracturation hydraulique fait débat dans le monde entier. Alternative au pétrole, poule aux oeufs d’or ou fléau écologique : les avis sont très partagés.

L’exploitation du gaz de schiste est autorisée aux Etats-Unis. En Europe, outre la Roumanie, la Pologne, la Hongrie ou encore l’Espagne ont délivré des permis d’exploration.

La France a, elle, confirmé récemment son interdiction, via une décision du Conseil constitutionnel, le 11 octobre dernier.