Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Nouvel ultimatum de Londres à l'UE

Nouvel ultimatum de Londres à l'UE
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Une fois encore, le Royaume-Uni jette un pavé dans la mare européenne. S’exprimant dans une conférence, le ministre des Finances George Osborne a appelé l’Union européenne à se réformer pour ne plus décliner, en citant ses problèmes de compétitivité et des dépenses sociales trop lourdes.

“ Il est temps de changer l’Union européenne, de changer notre relation avec elle et de remettre la décision dans les mains du peuple britannique. Voulez-vous rester dans une Europe réformée ou en sortir ? “

Car Londres a promis un référendum sur l’appartenance du pays à l’Europe au plus tard en 2017. Au Parlement européen, cette nouvelle charge n‘étonne guère. La gauche de dénoncer une surenchère populiste :

“ Je trouve très malvenu et plutôt dangereux pour le Royaume-Uni que des responsables d’un grand parti, le parti conservateur, courent après les arguments anti-européens à leur droite. C’est mon interprétation des déclarations de Mr Osborne “, explique l‘élue portugaise Ana Gomes.

Autre débat venu de Londres, faut-il limiter la liberté de mouvement pour les travailleurs venus d’autres pays d’Europe ? Dans le collimateur du gouvernement britannique, les Roumains et Bulgares, qui peuvent désormais venir travailler librement dans le pays.

“ Le débat au Royaume-Uni est ridicule parce qu’ils déforment la réalité. Il y a des politiciens, des populistes à mon sens, qui veulent engranger des votes avec cette affaire, mais je pense que le rôle des politiciens, c’est de dire la vérité “, nous dit l’eurodéputé roumain Marian-Jean Marinescu.

Si le gouvernement Cameron force le trait, c’est aussi parce qu‘à quatre mois des élections européennes, la montée des anti-européens du UKIP menace la droite traditionnelle.