DERNIERE MINUTE

Chine: 30 morts dans l'attaque d'une gare, le pouvoir accuse les séparatistes ouïghours

Chine: 30 morts dans l'attaque d'une gare, le pouvoir accuse les séparatistes ouïghours
Taille du texte Aa Aa

La gare de Kunming, dans le sud-ouest de la Chine, est sous haute surveillance à la suite du carnage qui a, samedi soir, fait une trentaine de morts parmi des voyageurs attendant pour acheter un billet. Ils ont été poignardés par des individus identifiés par les autorités de Pékin comme étant des séparatistes ouïghours.

Cette population musulmane turcophone de la province de Xinjiang, dans le nord-ouest du pays, se sent opprimée dans sa pratique religieuse, linguistique et, plus globalement, culturelle. Le pouvoir l’accuse de manière récurrente de mener des attaques “terroristes”.

Si l’origine des auteurs du massacre de Kunming se confirmait, ce pourrait être le signe d’un nouveau mode d’action de militants séparatistes ouïghours qui, jusqu’ici, opéraient rarement hors de leur territoire. Cela avait été le cas en octobre 2013, toujours selon les autorités, lorsqu’une voiture avait foncé sur la foule sur la place Tiananmen de Pékin. Il y avait eu deux morts et 40 blessés.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.