DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Ukraine : les Européens estiment cette semaine " décisive "

Ukraine : les Européens estiment cette semaine " décisive "
Taille du texte Aa Aa

L’Union européenne appelle la Russie à se rallier au plan de paix ukrainien. Réunis à Luxembourg, les ministres des Affaires étrangères présentent cette semaine comme décisive. Ils espèrent un arrêt total des combats d’ici à vendredi, le jour où les dirigeants européens évoqueront en sommet la question ukrainienne.

“ Tous les ministres européens ont soutenu le plan comme étant une opportunité majeure pour la désescalade et ont appelé toutes les parties à respecter le cessez-le-feu et à créer les conditions pour que ce plan soit appliqué. Nous avons tout particulièrement appelé la Russie à soutenir le plan et à faire usage de son influence pour assurer sa mise en oeuvre “, a déclaré la Haute représentante européenne Catherine Ashton à l’issue de la réunion.

C’est le nouveau chef de la diplomatie ukrainienne qui est venu présenter aux Européens ce plan. Il prévoit le désarmement des insurgés, le dialogue avec ceux qui n’ont pas de sang sur les mains et la décentralisation de l’Ukraine. Euronews a pu rencontrer Pavlo Klimkine et a voulu savoir jusqu’où irait cet ancrage du pays à l’ouest.

James Franey, euronews : “ Je voudrais revenir à la question d’une éventuelle adhésion à l’Union européenne et à l’OTAN. Est-ce que vous voyez votre pays dans l’Union européenne et dans l’OTAN ? “

Pavlo Klimkine : “ Notre position est absolument claire. Premièrement, il n’y a pas de doute sur le fait que l’Ukraine doit devenir un membre de l’Union européenne. L’Ukraine est un pays européen, elle est un pays démocratique, et notre ambition, qui fait consensus dans la société, c’est que l’Ukraine devienne un pays membre de l’Union européenne.
Mais l’adhésion à l’OTAN n’est pas au programme parce qu’il n’y a pas de consensus là-dessus en Ukraine. “

euronews : “ Et quand pensez-vous adhérer à l’Union européenne ? “

Pavlo Klimkine : “ Pourquoi pas dans 10 ans ? Quand on regarde les nouveaux Etats-membres comme la Pologne, la période de préparation, négociations comprises, a été de 10 ans plus ou moins. Mais il ne s’agit pas d’une spéculation, il s’agit d’une ambition. Nous devons nous fixer des objectifs ambitieux, sans quoi les objectifs n’auront l’air que de mirages. L’Ukraine a besoin de faire partie du projet européen, et ce sera aussi mon ambition personnelle. “