DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Ecofin : Rome veut des incitations à réformer

Ecofin : Rome veut des incitations à réformer
Taille du texte Aa Aa

L’Italie et ses alliés ne bénéficieront d’aucun traitement de faveur en matière de rigueur budgétaire a déclaré mardi le président de l’Eurogroupe, s’opposant ainsi clairement au président du conseil italien Matteo Renzi qui vient de prendre pour six mois la Présidence de l’Union européenne.

Rome a pris la tête d’un groupe de pays dont la France qui souhaitent un assouplissement des règles communautaires afin d’encourager la croissance et l’investissement.

“Nous tenons nos promesses en Italie, a affirmé Pier Carlo Padoan, le ministre italien des finances. Et mon objectif en tant que président de l’Union européenne pour ce semestre c’est d’aider tous les pays à trouver des incitations à faire des réformes. Nous avons tous besoin d’avoir un programme de réformes.”

Ainsi Matteo Renzi a proposé mardi que les investissements engagés dans les infrastructures numériques ne soient pas inclus dans le calcul des déficits publics.

Mais avant même la réunion de l’Ecofin, le président de l’Eurogroupe, le néerlandais Jeroen Dijsselbloem qui préside les 18 ministres des finances de la zone euro, a dressé un tableau peu flatteur des réformes italiennes en insistant sur le fait que l’Italie affiche une croissance quasi-nulle de sa productivité depuis de nombreuses années et que cela devait s’améliorer.