DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Marseille: "Tonton Pat" Evra, le palmarès d'un hâbleur

Vous lisez:

Marseille: "Tonton Pat" Evra, le palmarès d'un hâbleur

Taille du texte Aa Aa
Plus clivant tu meurs ! L'arrière gauche de Marseille Patrice Evra (36 ans), à la carrière riche de trophées en club et d'émotions contraires en Bleu, est un personnage du foot français habitué aux coups de sang verbaux. C'est pour une agression physique - un coup de pied sur un supporter jeudi en Europa League - que "Tonton Pat" se retrouve dans la tourmente, lui qui a souvent déclenché ou alimenté des polémiques par sa seule verve. La principale a imprimé son nom en capitales sur la page la plus sombre du foot français, Knysna, en tant que meneur de la fameuse grève de l'entraînement à la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud, après les insultes de Nicolas Anelka envers le sélectionneur Raymond Domenech, et son exclusion du groupe. "Le problème de l'équipe de France n'est pas Anelka mais le traître qui est parmi nous. Il faut éliminer ce traître du groupe", réagit le capitaine des Bleus, obnubilé par la traque de la "taupe". Acculé par l'opinion publique et la presse, il répond par l'attaque. Lilian Thuram demande sa radiation à vie des Bleus ? "Il ne suffit pas de se balader avec des livres sur l'esclavage, des lunettes et un chapeau pour devenir Malcom X", le tacle Evra. Il allume aussi sur TF1 des consultants audiovisuels, comme "Michel Fernandel" (Luis Fernandez): "Quand on lui a donné les clefs du PSG, à part sucer des Chupa Chups et danser la Macarena, je ne sais pas ce qu'il a fait". - Chambreur - Mais également "Rolland Tournevis" (Rolland Courbis) ou les "clochards" Bixente Lizarazu et Pierre Ménès. "Tous ceux-là, si tu mets (l'ex-secrétaire d'Etat) Rama Yade arrière gauche, ils vont dire qu'elle est meilleure qu'Evra", cingle-t-il. De quoi se mettre à dos une bonne partie de la presse. Au printemps dernier, Evra en remet une couche, sur SFR Sport, à l'encontre de "Duarig" (Christophe Dugarry), "la seule personne au monde qui sait le nombre exact de poils pubiens que Zinédine Zidane a sur ses bijoux de famille". "C'est plus facile d'insulter les consultants, les journalistes ou les anciens joueurs que d'être performant sur le terrain. Personne n'est dupe sur ce joueur qui devient pathétique en finissant sa carrière", réplique "Duga" sur RMC. La première "punchline" signée Evra date de mai 2009, lorsque le défenseur, après avoir éliminé Arsenal avec Manchester United en Ligue des champions, lâche: "C'était onze hommes contre onze enfants". Son dernier geste chambreur ? Au bout d'un premier semestre 2017 mitigé à l'OM, il célèbre un but important (2-1 contre Nice en mai) en faisant... des pompes sur le terrain. "Je suis un gars cool, mais faut pas me chercher", explique Evra. Qui se sent investi d'une mission: "Si vous saviez le nombre de joueurs qui me remercient, qui souffrent de ces critiques. Ca va un peu de critiquer; mais il y a des joueurs qui sont traumatisés. Maintenant je vais peut-être commencer à me porter garant pour tous les joueurs de foot quand certains (critiques) vont un peu exagérer". - Cinq finales de C1 - Sa fin de carrière en demi-teinte a connu une éclaircie, pendant l'Euro-2016 à domicile. Il revient alors en grâce dans le coeur des Français, en tant que grand frère ou "Tonton", le surnom affectueux que lui donne Paul Pogba, d'une équipe qui atteint la finale. Un documentaire diffusé fin décembre révèle ses discours de motivation dans le vestiaire. Sa posture étrange immortalisée par un photographe de l'AFP durant un match fait les délices d'internet; Evra prend la balle au bond en devenant lui-même actif sur les réseaux sociaux. Mais ses vidéos décalées, marquées "I love this game" ("j'aime ce jeu"), se retournent contre lui lorsque les supporters de l'OM se mettent à le railler. Evra tend souvent le bâton pour se faire battre. "J'ai du mal à comprendre qu'on idolâtre Cantona qui a eu beaucoup d'écarts, alors qu'Evra traîne ses erreurs comme un boulet", le défend auprès de l'AFP Daniel Bravo, ancien joueur et actuel consultant à beIN Sports. S'il vit son crépuscule, Evra, 81 sélections, fut tout de même un sacré joueur. Le natif de Dakar, qui a grandi aux Ulis, en région parisienne, prend son essor à Nice (2000-2002) puis surtout Monaco (2002-janvier 2006) après des expériences dans les divisions inférieures en Italie. Cet explosif défenseur au gabarit moyen (1,75 m, 76 kg) garnira son palmarès de nombreux titres à Manchester United (janvier 2006-2014), où il est l'un des capitaines d'Alex Ferguson, et à la Juventus (2014-janvier 2017). Il dispute cinq finales de Ligue des champions, pour une victoire (2008) et quatre défaites (2004, 2009, 2011, 2015).
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.