DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Voile: Oman Sail "choqué" par l'affaire de viol présumé en marge de la Jacques Vabre

Vous lisez:

Voile: Oman Sail "choqué" par l'affaire de viol présumé en marge de la Jacques Vabre

Taille du texte Aa Aa
Les responsables du programme Oman Sail se sont dit "profondément choqué(s)" par "les accusations à l'encontre du navigateur Fahad Al Hasni", mis en examen pour viol et placé en détention provisoire, dimanche, avant le départ de la Transat Jacques Vabre à laquelle il devait participer. "Nous avons confiance dans le système judiciaire français et lui assurons notre soutien ainsi que notre complète coopération pour les investigations qui seront menées dans ce cas complexe", indique un communiqué transmis en français par Oman Sail, programme de développement de la voile dans le Sultanat. "Les valeurs d’Oman Sail reflètent celles du Sultanat d’Oman, en particulier en ce qui concerne le professionnalisme, la dignité et le respect. Oman Sail attend de tous ses représentants qu’ils vivent selon ces principes et cette éthique, et ne tolère aucun écart de conduite", conclut le texte. Vendredi soir, à deux jours du départ de la Transat Jacques Vabre dans laquelle il devait s'élancer avec un équipier français, Al Hasni a été arrêté à son hôtel et mis en examen pour viol. La victime, une Française d'une quarantaine d'années, "aurait été contrainte de pratiquer une fellation au skipper", indique une source policière. Il l'aurait ensuite violemment poussée hors de la chambre d'hôtel où il séjournait, selon cette source. La victime présentait des traces de coups au visage. Le skipper a reconnu la fellation, mais réfuté la contrainte. Son équipe, Oman Sail, avait décidé samedi de se retirer de la course qui doit rejoindre Salvador de Bahia en près de huit jours. ./cha/cto
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.