DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Mondial-2023: Laporte maintient ses critiques contre le rapport de World Rugby

Vous lisez:

Mondial-2023: Laporte maintient ses critiques contre le rapport de World Rugby

Mondial-2023: Laporte maintient ses critiques contre le rapport de World Rugby
Taille du texte Aa Aa
Bernard Laporte, président de la Fédération française, a maintenu ses critiques envers les experts de World Rugby qui ont recommandé d'attribuer le Mondial-2023 à l'Afrique du Sud plutôt qu'à la France, évoquant "une dose d'incompétence" dans un entretien au quotidien britannique The Times paru mardi. "Je ne doute pas de la bonne foi de ceux qui ont établi ce rapport, mais il y a eu une certaine dose d'incompétence", a déclaré le président de la FFR, qui a écrit à World Rugby vendredi pour que son rapport soit modifié avant le vote du mercredi 15 novembre qui doit départager les trois candidats (France, Irlande, Afrique du Sud). L'Afrique du Sud a recueilli dans ses recommandations rendues publiques mardi dernier 78,97% de satisfaction sur un ensemble de critères d'évaluation (sécurité, infrastructures d'accueil, qualité des stades...), contre 75,88% pour la France et 72,25% pour l'Irlande. Laporte avait immédiatement contesté certaines notations. World Rugby avait réagi samedi à ses sévères critiques, les jugeant "infondées et inexactes" envers un rapport "transparent‚ objectif‚ professionnel et solide". Prenant l'exemple du dopage, un point sur lequel la France est moins bien classée malgré une place de "leader dans le monde en matière de répression" selon lui, Laporte estime que le rapport peut "laisser la porte ouverte aux abus". Selon le rapport, la législation française en matière de lutte antidopage comporte des "éléments de risque", notamment de "poursuites judiciaires", car elle pénalise "l'utilisation, la détention ou la vente de narcotiques ou de produits illégaux". Des "réserves" quant au rapport de World Rugby ont également été émises par la fédération irlandaise de rugby (IRFU), selon le gouvernement irlandais qui a affirmé mardi en avoir pris note. Le patron de la fédération sud-africaine de rugby Jurie Roux a quant à lui vivement rejeté ces critiques. "Nous espérons que le bon sens va prévaloir, car un processus indépendant n'existe que pour une raison particulière: qu'il puisse le rester", a-t-il lancé. Trente-neuf voix doivent être réparties lors du scrutin qui aura lieu à Londres. Les nations majeures (Australie, Angleterre, etc.) auront trois voix chacune, les fédérations régionales (Océanie, Europe, Afrique) et le Japon deux et la Géorgie, le Canada, les Etats-Unis et la Roumanie une. Les pays candidats ne prendront pas part au vote.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.