DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Dakar-2018: "pas possible" d'imaginer retourner en Afrique, selon les organisateurs

Vous lisez:

Dakar-2018: "pas possible" d'imaginer retourner en Afrique, selon les organisateurs

Dakar-2018: "pas possible" d'imaginer retourner en Afrique, selon les organisateurs
Taille du texte Aa Aa
Les organisateurs du Dakar, dont l'édition 2018 partira le 6 janvier de Lima, ont exclu mercredi un retour en Afrique "pour le moment" de la bouche d'Etienne Lavigne, le directeur de l'épreuve en visite au Pérou. "Je pense que ce n'est pas possible d'imaginer retourner travailler là-bas (en Afrique), ce n'est pas l'idée pour le moment", a-t-il déclaré depuis la capitale péruvienne où il règle les derniers détails avec les autorités. "En Afrique, c'est très compliqué avec la sécurité, la guerre civile, le terrorisme, c'est dommage mais c'est comme ça", a-t-il poursuivi devant les médias étrangers. Le célèbre rallye-raid s'apprête à fêter sa quarantième édition en janvier. Mais dans les faits, il n'y en a eu que 39 car celle de 2008, la dernière programmée en Afrique, a été annulée la veille du départ en raison de craintes liées à la sécurité en Mauritanie. C'est à partir de l'édition suivante, en 2009, que le Dakar a été organisé en Amérique du sud. Le Dakar-2018 retrouvera le Pérou cinq années après son dernier passage en 2013. Cette année-là, Lima avait accueilli le départ. L'édition à venir marquera la "première" montée "vers le lac Titicaca (3.800 mètres d'altitude) par le Pérou", a rajouté Etienne Lavigne. Le pays a investi 6 millions de dollars (près de 5,17 M EUR) pour accueillir l'épreuve.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.