DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

XV de France: prime aux sortants et à la fraîcheur

Vous lisez:

XV de France: prime aux sortants et à la fraîcheur

XV de France: prime aux sortants et à la fraîcheur
Taille du texte Aa Aa
On ne change pas une équipe qui perd: le sélectionneur du XV de France Guy Novès a reconduit jeudi, contre l'Afrique du Sud samedi, la même équipe que celle battue par la Nouvelle-Zélande en ouverture des tests de novembre (18-38), un choix voulu et contraint. Sa marge de manœuvre était de toutes façons réduite, avec seulement 19 joueurs présents lundi et mardi à Marcoussis (Essonne) pour préparer ce deuxième test de novembre, en l'absence de ceux retenus contre l'équipe réserve de la Nouvelle-Zélande à Lyon mardi (23-28). Le sélectionneur aurait certes pu faire "doubler" des joueurs en vue présents mardi soir au Parc OL (Macalou, Lacroix), mais cela aurait été courir un risque compte tenu des délais de récupération. "Il y a le fait que tous les autres joueurs ont joué mardi soir. Donc pour avoir une équipe relativement fraîche..." a-t-il ainsi expliqué. Mais Novès, pour cette revanche après les trois lourdes défaites concédées face aux Springboks en juin sur leur terrain, aurait tout de même pu apporter quelques retouches par rapport à l'équipe totalement absente face à la première des All Blacks au Stade de France (5-31). Avant de redresser la tête après le repos. Moins du côté des cadres ayant déçu mais n'ont pas réellement de concurrence pour le moment (Guirado, Picamoles), que chez les bizuths un peu ternes pour leur première en bleu. Il est vrai que leurs remplaçants n'apportaient pas beaucoup plus de garanties. - Ne pas 'jeter aux orties' les bizuths - "Il n'y pas de joueurs cadres. Je suis d'ailleurs surpris qu'on mette l'accent uniquement sur les joueurs cadres. C'est toute une équipe, et nous avec eux, qui a failli. Il n'y a pas plus de cadres que 23 joueurs" a évacué le sélectionneur. Paul Gabrillagues a donc conservé sa place en deuxième ligne aux dépens de Paul Jedrasiak, Judicaël Cancoriet a de nouveau été préféré à Anthony Jelonch un cran derrière, et Geoffrey Doumayrou débutera une deuxième fois au centre, plutôt que Damian Penaud. "On n'allait pas jeter aux orties des joueurs qui jouaient pour certains pour la première fois" a souligné Novès. Anthony Belleau aurait donc de toutes façons de nouveau démarré à l'ouverture, au côté d'Antoine Dupont, même si son remplaçant, François Trinh-Duc, n'avait pas joué une heure mardi soir. - 'Possibilité de se racheter' - L'idée générale de Novès, après cinq défaites de rang, est ainsi d'offrir aux battus une nouvelle chance. A saisir, au risque de se retrouver hors-jeu pour le dernier test-match, le 25 novembre contre le Japon, où cette fois les magnifiques perdants de Lyon pourront postuler à armes égales. "On leur donne la possibilité de se racheter" a ainsi affirmé le sélectionneur, qui a "confiance en eux". "Et quand on prépare une équipe, il faut lui donner un peu de confiance" a-t-il ajouté. "Je ne sais pas s'ils doivent être revanchards ou tout simplement montrer le visage qu'ils ont pu montrer de manière un peu intelligente en seconde mi-temps. J'attends qu'ils relèvent la tête et sortent, comme leurs copains (de mardi), du terrain la tête haute" a poursuivi le sélectionneur. Trinh-Duc fait donc partie de ce groupe de mardi. Le voir prendre place sur le banc au Stade du France est-il risqué? "Il est +mâché+ comme un garçon qui a joué cinq jours avant. Mais j'ai estimé qu'après avoir joué cinq minutes au premier match et les trois quarts du second, il pouvait tenir sa place sur ce troisième test. Effectivement je suis rassuré", a répondu Novès. Le seul changement parmi les vingt-trois a été effectué sur blessure: le pilier gauche Sébastien Taofifenua, en forme depuis le début de saison avec Bordeaux-Bègles et en vue sous le maillot des Barbarians français vendredi dernier contre les Maori All Blacks (19-15), prend place sur le banc après la blessure de Raphaël Chaume.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.