DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Transat Jacques-Vabre: Jean-Pierre Dick, Monsieur Double à jamais

Vous lisez:

Transat Jacques-Vabre: Jean-Pierre Dick, Monsieur Double à jamais

Transat Jacques-Vabre: Jean-Pierre Dick, Monsieur Double à jamais
Taille du texte Aa Aa
Un rien étourdi et en vrai forçat de la mer, Jean-Pierre Dick a réussi un coup magistral. Il a signé une quatrième victoire inédite lors de la Transat Jacques-Vabre en s'imposant samedi, en classe Imoca, avec Yann Eliès, à qui il confie dorénavant son bateau. Le duo (St Michel - Virbac) est arrivé à Salvador de Bahia après 13 jours 7 heures 36 minutes d'une traversée épique en double, qui a nourri une belle complicité. Ils ont décroché la victoire dans la classe Imoca, ces monocoques de 18 m qui animent les débats sur le Vendée Globe (course autour du monde en solo). La Transat Jacques-Vabre (TJV), qui se joue dans quatre catégories de bateaux, a été gagnée lundi, toutes catégories confondues, par Thomas Coville et Jean-Luc Nélias (Sodebo ultim'), en 7 j 22 h 7 min. Avant de franchir la ligne, l'émotion était déjà palpable chez ce grand discret qu'est Dick, confiant que de nombreux souvenirs se bousculaient dans sa tête. C'est à Salvador qu'il a glané son premier succès majeur. Aussi, une fois la ligne coupée, il a manifesté sa joie de façon vive et forte comme on l'a rarement vu. Et puis Dick a pris Eliès dans ses bras. - Eliès, l'autre personnage - "Quand Jean-Pierre m'a proposé de faire la course avec lui, je me suis dit: ça ne se refuse pas, c'est Monsieur Double ! Il a un taux de réussite assez élevé !", avait raconté Eliès à l'AFP avant le départ. En effet, Dick, vétérinaire de formation arrivé sur le tard dans la voile, a participé à cinq TJV pour en remporter quatre. Du jamais vu en 24 ans d'existence de cette transatlantique. A peine deux ans après être entré dans le monde de la course au large, il a décroché sa première grande victoire en empochant la TJV aux côtés de Nicolas Abiven en 2003. En 2005, c'est avec Loïck Peyron qu'il récidive, puis nouveau succès en 2011 avec Jérémie Beyou. Cette fois, le Niçois de 52 ans a choisi comme partenaire un autre personnage du monde marin, de 11 ans son cadet, Yann Eliès. "Yann a un bon sens de l'humour, et un vécu voile impressionnant. A un moment, j'hésitais beaucoup entre deux gars et mon gros critère a vraiment été: +est-ce que j'aimerais partir en vacances avec cette personne-là+. La décision a été vite scellée !", s'est souvenu Dick. - Affaire conclue - Car Jean-Pierre Dick, qui a réalisé ses plus beaux faits d'armes à bord d'un Imoca, a choisi de passer la main, sur ce type de bateau. Plus qu'un coéquipier, il cherchait un marin de talent pour reprendre son beau voilier, équipé de foils (ces appendices qui permettent au bateau d'être surélevé au dessus de l'eau pour +voler+). Affaire conclue en 2014. Depuis, ils n'ont cessé de naviguer ensemble avec une idée en tête: le Vendée Globe en 2020 pour Eliès, un bon vivant au franc-parler. Dick, tout en retenue, l'aidera pour trouver des partenaires financiers. "Jean-Pierre m'a donné les clés de sa Ferrari et il m'a dit: +vas-y !+ Moi j'ai pris ça comme une marque de confiance, et une sacré marque !", souligne Eliès, qui, avant samedi, n'avait gagné qu'une fois la TJV en cinq participations (en 2013 avec Erwan Leroux). La TJV 2017, partie du Havre le 5 novembre avec une flotte de 37 bateaux (sur 4 catégories: Ultime, Multi50, Imoca, Class40), touche à sa fin. Après la victoire en Imoca, il ne reste plus qu'une classe où le vainqueur doit être désigné, les Class40 (petits multicoques de 12 m de long pour 4,5 m de large). Le tout dernier voilier est attendu début décembre.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.