DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ligue 1: à Montpellier, Lecomte est venu pour être "le patron"

Vous lisez:

Ligue 1: à Montpellier, Lecomte est venu pour être "le patron"

Ligue 1: à Montpellier, Lecomte est venu pour être "le patron"
Taille du texte Aa Aa
A Montpellier, attendu dimanche (17h00) à Lyon, le gardien Benjamin Lecomte est à 26 ans "le patron" de la meilleure défense de Ligue 1 (avec celle du PSG, huit buts encaissés en douze journées), et a la sensation de se "retrouver", explique-t-il à l'AFP, après des années à "prendre des buts" à Lorient, relégué la saison dernière. Q: Quel était votre état d'esprit à votre arrivée ? R: "Cela fait plusieurs années que Montpellier, qui misait sur la formation, n'a pas recruté de gardien. C'était un challenge de m'adapter à la mentalité de Montpellier et à cette ambiance de la Paillade. J'ai de suite adhéré à cet esprit et j'ai été bien pris en main par les cadres. Je veux continuer à grandir et préserver les stats positives de la meilleure défense du championnat. Cela donne du crédit." Q: Aviez-vous un sentiment de revanche après la saison passée marquée par la relégation de Lorient ? R: "Je n'ai pas de sentiment de revanche, mais j'ai néanmoins à cœur de prouver que la saison passée ne reflète pas mon niveau. Je veux montrer que cela a été compliqué pour le Benjamin de la saison passée, mais aujourd'hui c'est le Benjamin des deux ou trois saisons précédentes." Q: "Cela a été pour vous un échec personnel? R: "Bien sûr. C'est le club qui m'a fait grandir et porté à une place de titulaire en Ligue 1. Il n'y a rien de pire que de partir sur une descente. Je ne suis pas parti car on est descendus en Ligue 2, mais j'en avais besoin pour progresser. Après deux saisons pleines à Lorient, j'aurai dû partir pour continuer à franchir des paliers. Le marché des gardiens n'est pas celui des joueurs. On ne peut pas partir l'été où l'on veut, les places sont rares et chères." Q: Quel était votre objectif en signant à Montpellier ? R: "Je voulais me retrouver. Tout simplement. En étant ce que j'ai été lors des saisons antérieures, je peux aider Montpellier. En étant ce que j'ai été sur la fin à Lorient, non." Q: Quelle était l'attente de l'entraîneur Michel Der Zakarian ? R: "Commander ma défense, tenir en éveil mes défenseurs et être décisif: être le patron du secteur défensif. Cela tombe bien car je suis venu à Montpellier pour réapprendre le goût à défendre. Prendre toujours des buts, comme à Lorient ces derniers temps, cela fait mal. Faire des +clean-sheet+, c'est génial." Q: Comment jugez-vous votre début de saison ? R: "Il est correct au niveau des statistiques, mais il pourrait être encore mieux. On est l'une des équipes qui subit le moins d'occasions. On défend bien sur le plan collectif, cela demande un ou deux arrêts par match. J'ai encore besoin de progresser dans ce domaine, à savoir être encore plus décisif. Si je veux devenir un bon gardien, je dois franchir ce cap." Q: Comment expliquez-vous le bon comportement de la défense de Montpellier ? R: "L'entraîneur a réussi à inculquer cet état d'esprit à une défense qui encaissait beaucoup de buts l'an passé. Pour lui, la base, c'est la défense. On doit continuer à bien défendre, mais on doit franchir le cap sur le plan offensif pour vivre des matches plus tranquilles." Q: Comment expliquez-vous le comportement de Montpellier qui a du mal face aux équipes de bas de tableau ? R: "Le coup d'arrêt d'un point lors des deux derniers matchs (Rennes et Amiens, NDLR) montre nos failles. Ce n'est pas une question de motivation, mais plutôt de fatigue, dont j'ai perçu des signes devant Rennes. Devant les équipes moins huppées du championnat, on doit se comporter comme le patron."
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.