DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tournée: le Japon rebâtit en vue de "sa" Coupe du monde

Vous lisez:

Tournée: le Japon rebâtit en vue de "sa" Coupe du monde

Tournée: le Japon rebâtit en vue de "sa" Coupe du monde
Taille du texte Aa Aa
Adversaires samedi du XV de France, les Japonais sont en pleine (re)construction à deux ans de "leur" Coupe du monde en 2019 où ils espèrent prouver à la planète rugby, après un coup d'éclat en 2015, qu'ils peuvent être une nation qui compte. "Une sardine au milieu d'un banc de thons": c'est ainsi que le sélectionneur néo-zélandais des "Brave Blossoms" Jamie Joseph s'est senti, entouré des coachs des grandes nations du rugby, début décembre lors du tirage au sort du prochain Mondial. Une différence que le successeur d'Eddie Jones a pour mission d'estomper d'ici deux ans pour amener le XV japonais, qui comptera dans sa poule l'Ecosse et l'Irlande notamment, pour la première fois de son histoire en quarts de finale. Nouveau coach mais aussi nouveaux joueurs et nouveau style de jeu, les "Brave Blossoms", onzièmes au classement World Rugby, n'ont plus grand-chose à voir avec l'équipe qui a réalisé l'exploit historique de battre (34-32) les double champions du monde sud-africains en poules lors de la dernière Coupe du monde L'ailier Karne Hesketh, auteur de l'essai de la victoire au bout des arrêts de jeu, tout comme l'arrière vedette Ayumu Goromaru, ne sont par exemple plus là. Et seuls huit joueurs présents en 2015 en Angleterre font partie du groupe appelé pour cette tournée d'automne, dont le capitaine Michael Leitch. "Depuis la dernière Coupe du Monde, il y a eu beaucoup de changements dans l'équipe", a reconnu Joseph à Toulouse, où les Japonais sont basés depuis une dizaine de jours pour préparer leurs matches face aux Tonga (victoire 39-6 samedi dernier) et à la France, à la U Arena de Nanterre. Mais "je suis confiant dans le fait que nous aurons assez de temps pour nous préparer correctement, même si nous avons encore beaucoup de chemin à faire", a assuré l'ancien troisième ligne all black devenu ensuite international japonais. - "Tout reprendre à zéro" - Joseph -- qui entraîne aussi les Sunwolves, la franchise japonaise engagée en Super Rugby -- a mesuré l'ampleur de sa tâche en prenant ses fonctions l'an dernier et taclé au passage son prédécesseur Eddie Jones, parti prendre les rênes de l'Angleterre et accusé de lui avoir compliqué les choses. "Vous vous mettez au travail et il n'y a rien", avait-il regretté à l'époque, "pas de programme d'entraînement (...) Il y avait tout cela avec Eddie, j'en suis sûr, et tout a disparu avec ce gars". "Quand j'ai pris ce poste, j'ai dû tout reprendre à zéro et pour moi c'est bizarre. Vous arrivez au sein de l'équipe du Japon la meilleure de tous les temps et il n'y a même pas un bout de papier sur la façon dont ils sont arrivés à de tels résultats. Que penser de cela ?", avait-il poursuivi. - Un test face aux All Blacks en 2018 - Remettant tout à plat, Joseph, qui a appelé pour cette tournée six joueurs non capés dont le jeune troisième ligne Kazuki Himeno (23 ans), révélation du championnat japonais, a axé son projet sur le jeu au pied et la défense plutôt que sur la conquête comme Jones, qui avait Marc Dal Maso, aujourd'hui à Toulon, pour adjoint en charge de la mêlée. "Nous avons un tout petit pack" par rapport aux autres nations, estime Joseph, qui veut miser en priorité sur les qualités de vitesse et d'habilité balle en main de ses joueurs. Dominés par l'Australie au début de leur tournée de novembre (30-63), les Japonais ont engrangé de la confiance en atomisant les Tonga et vont maintenant s'étalonner face à des Bleus en plein doute. Avant de poursuivre leur préparation l'an prochain en jouant face aux All Blacks. "Affronter les meilleures nations va nous amener beaucoup de bonnes choses en terme d'expérience", espère Joseph, "c'est pour cela que nous le faisons avant la Coupe du Monde". En vue d'être prêt pour le grand rendez-vous.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.