DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Allemagne: les sociaux-démocrates prêts à "discuter" pour sortir de la crise

Vous lisez:

Allemagne: les sociaux-démocrates prêts à "discuter" pour sortir de la crise

Allemagne: les sociaux-démocrates prêts à "discuter" pour sortir de la crise
Taille du texte Aa Aa
La direction du parti social-démocrate allemand s'est dit vendredi matin ouverte désormais à la discussion pour tenter de sortir le pays de la crise politique actuelle, abandonnant du coup son opposition à toute idée d'alliance avec Angela Merkel. "Le SPD est persuadé qu'il faut discuter, le SPD ne sera pas fermé à la discussion", a déclaré dans la nuit de jeudi à vendredi le secrétaire général du mouvement, Hubertus Heil, après huit heures de réunion de ses principaux dirigeants, sous la houlette du président Martin Schulz. Jusqu'à présent ce dernier avait catégoriquement refusé toute idée de prolonger la coalition actuelle entre son parti et les conservateurs d'Angela Merkel suite aux élections législatives de septembre, marquées par une défaite cinglante du SPD, malgré les difficultés du pays à former un nouveau gouvernement. Il avait jusqu'à présent favorisé l'option de nouvelles élections. Mais la pression monte au sein de son mouvement pour un changement de cap, surtout depuis que le président allemand, Frank-Walter Steinmeier, lui-même un social-démocrate, a indiqué vouloir éviter un nouveau scrutin et appelé tous les partis à faire preuve d’ouverture. M. Steinmeier a rencontré jeudi Martin Schulz à ce sujet. M. Heil a indiqué vouloir attendre les propositions du président Steinmeier qui doit encore rencontrer la semaine prochaine les présidents de groupes parlementaires de tous les partis. "Le SPD ne peut pas se comporter comme un enfant qui boude dans son coin", a déclaré jeudi soir un des poids lourds du SPD, l'actuel ministre de la Justice Heiko Maas. D'autres voix au SPD se sont prononcées pour un soutien à un gouvernement minoritaire dirigé par les conservateurs, une option que Mme Merkel a jusqu'ici exclu de former, comme lui permettrait la Constitution, afin de ne pas avoir à "chercher une majorité à chaque décision". Ainsi, pour le vice-président du SPD Ralf Stegner le choix pour les sociaux démocrates de faire une cure d'opposition après avoir fait partie de deux coalitions avec les conservateurs depuis 2005 aurait "rencontré une très forte approbation" au sein du parti. Si le SPD devait revenir sur cette décision, il devrait avant toute chose interroger la base du parti, a-t-il expliqué à la Passauer Neuen Presse. Lundi dernier, quelques heures seulement après l'échec des négociations gouvernementales pour la mise en place d'une coalition sur le papier contre-nature entre conservateurs, libéraux et écologistes, la direction sociale-démocrate avait réitéré son refus de participer à une nouvelle grande coalition avec les conservateurs. Elle privilégiait alors la tenue de nouvelles élections. Après seulement 20,5% des voix aux législatives, soit le pire score de son histoire, le SPD est en plein dilemme. Dès l'annonce des résultats, son président Schulz s'était empressé de choisir la voie de l'opposition. Malgré les critiques à son encontre, il avait réussi à garder son poste.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.