DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Coupe Davis: pour Gasquet, "il faut savoir repartir au combat un peu plus bas"

Vous lisez:

Coupe Davis: pour Gasquet, "il faut savoir repartir au combat un peu plus bas"

Coupe Davis: pour Gasquet, "il faut savoir repartir au combat un peu plus bas"
Taille du texte Aa Aa
"Il faut savoir repartir au combat un peu plus bas" pour se relancer, a expliqué Richard Gasquet, qui a mis la France à un point du Saladier d'argent grâce à son succès en double avec Pierre-Hugues Herbert devant la Belgique samedi à Villeneuve-d'Ascq. Le 31e mondial expliquait son choix de repasser par la deuxième division du tennis, mi-septembre en Pologne, pendant que ses camarades avaient disputé sans lui la demi-finale de Coupe Davis. Cette étape lui a "redonné confiance" après plusieurs mois perturbés par des pépins physiques. QUESTION: Appréhendiez-vous de disputer ce double alors que vous n'aviez jamais joué avec Pierre-Hugues Herbert ? REPONSE: "C'est vrai que samedi dernier on n'aurait peut-être pas imaginé disputer ce double ensemble ! Ce qu'on savait c'est qu'on aurait un bon niveau tennistique (...) Mais on savait qu'il allait falloir être fort dans la tête et tenir, être stable. C'est pour ça qu'on s'est dit avant le match qu'il ne fallait pas se lâcher, qu'il fallait se soutenir et rester groupés." Q: Le choix de Yannick Noah de vous aligner a-t-il engendré un surplus de pression ? R: "Bien sûr car on sait qu'il nous fait confiance. Il y avait 1-1 et on n'avait jamais joué ensemble. On sait qu'on peut bien jouer, qu'on est de bons joueurs de double. Mais on sait que c'est une finale de Coupe Davis, qu'il y a 27.000 personnes, qu'on est très attendu. Il ne faut pas se cacher, on savait qu'on avait tout à perdre. S'il y avait eu une défaite aujourd'hui, il y aurait eu des critiques." Q: Pendant la demi-finale de Coupe Davis, vous avez disputé et gagné un tournoi Challenger à Szczecin, en Pologne. Pourquoi êtes-vous allé jouer là-bas ? R: "C'était l'envie de jouer au tennis, tout simplement. Je n'avais pas joué depuis longtemps car j'ai eu une appendicite et une blessure au dos cet été. Je n'étais pas au top, j'avais besoin de jouer. Il faut être humble et savoir repartir au combat un peu plus bas quand ça ne va pas. J'ai gagné cinq matches et ça m'a fait du bien, ça m'a fait gagner des matches à Tokyo, à Shanghai. Je fais des quarts de finale sur les deux tournois et c'est grâce à ça. Quand t'es pas au top c'est important de repartir de plus bas pour gagner des matches. Le tournoi m'a redonné de la confiance." Q: Est-ce que vous pensez déjà à l'éventualité de disputer le cinquième match dimanche ? R: "Bien sûr j'y pense. Ma sélection c'était peut-être dans cette optique, ou simplement pour le double. On verra ce que décide le capitaine. S'il y a un cinquième match il y a plusieurs possibilités. Lucas (Pouille) est un très grand joueur. On peut gagner tous les deux et Jo (Tsonga) peut gagner aussi (contre Goffin dans le quatrième match). On est sobre ce soir, il n'y a que 2-1. C'était important de gagner ce double, mais demain il faut repartir au combat." Propos recueillis en conférence de presse
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.