DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les Népalais aux urnes pour tourner la page de l'instabilité

Vous lisez:

Les Népalais aux urnes pour tourner la page de l'instabilité

Les Népalais aux urnes pour tourner la page de l'instabilité
Taille du texte Aa Aa
Des millions de Népalais se sont rendus aux urnes dimanche dans le nord du pays dans l'espoir de tourner la page de l'instabilité qui mine ce pays pauvre de l'Himalaya depuis la fin d'une sanglante guerre civile il y a une décennie. Ces élections pour les assemblées nationale et provinciales se déroulent en deux temps et sont les premières du genre sous la Constitution de 2015. Issue de longues années de négociations depuis la fin du conflit en 2006, la charte fondamentale a institué un État démocratique à structure fédérale. La nation enclavée a été déchirée entre 1996 et 2006 par une décennie d'insurrection maoïste, qui a coûté la vie à 17.000 personnes et abouti à la chute de la monarchie. Mais la transition démocratique a été chaotique, marquée par une grande instabilité gouvernementale. Au cours des 11 dernières années, le Népal a ainsi connu 10 changements de Premier ministre. Le vote se déroule en deux phases: après le nord du pays dimanche, où 3,2 millions d'électeurs étaient invités à voter, les Népalais du Sud se rendront aux urnes le 7 décembre. Les résultats sont attendus quelques jours plus tard. Beaucoup de Népalais espèrent que ce scrutin consacrera la fin des turbulences politiques et permettra de limiter l'impact négatif des marchandages au sein du pouvoir central à Katmandou sur le développement économique du reste du pays. Les bureaux de vote à Chautara, localité à l'est de Katmandou, ne chômaient toujours pas dimanche après-midi, avec des files d'attente d'électeurs qui attendaient de pouvoir voter sous un soleil radieux. "Nous sommes très heureux de pouvoir choisir nos représentants", déclarait Ram Krishna Dangal en attendant de pouvoir voter. "Nous espérons après ces élections un gouvernement stable qui pourra mettre en oeuvre des programmes à long terme". La Constitution de 2015 vise à transférer certaines compétences du gouvernement central au profit de sept provinces nouvellement créées. La nouvelle loi fondamentale veut empêcher des partis marginaux de faire leur entrée aux différentes assemblées et rendre plus difficile de renverser le Premier ministre. L'objectif est que le prochain gouvernement puisse pour la première fois aller jusqu'au terme de son mandat de cinq ans. - Trois partis dominants - Les opérations de vote ont été provisoirement suspendues dans trois bureaux. Un engin explosif a été découvert dans l'un d'eux. Dans les deux autres, de l'acide avait été versé sur des urnes, selon les autorités locales qui n'ont pas fait état de blessés. Des violences sporadiques se sont produites en amont des élections, pour la plupart imputées à une faction dissidente du Parti maoïste. Elles ont fait des dizaines de blessés. Au cours des 11 dernières années, l'instabilité politique a fait le lit de la corruption, minant la croissance économique. Le Népal, pays de 29 millions d'habitants frappé par un séisme meurtrier en 2015, a l'un des plus bas taux de croissance d'Asie du Sud. Les analystes estiment que le changement pourrait être limité car les trois partis qui dominent la scène politique depuis la fin du conflit devraient remporter le gros des sièges, tant au niveau national que provincial. Le parti maoïste formé par d'anciens guérilleros a passé un accord avec les communistes du CNP-UML, créant un mastodonte électoral difficile à battre. Actuellement aux commandes, le Congrès népalais, parti centriste, s'est acharné, lui, à former des alliances avec des formations plus petites pour essayer de se maintenir au pouvoir. Les deux camps ont fait campagne autour de promesses de croissance économique élevée, une nécessité dans un pays où les subsides envoyés au pays par les travailleurs à l'étranger comptent pour plus d'un tiers du PIB. L'année dernière, 400.000 de ses ressortissants se sont fait embaucher hors du Népal. Ils sont principalement employés dans des chantiers de construction dans le Golfe et en Malaisie. La rébellion maoïste et les acteurs du long processus de paix qui a suivi avaient pour objectif d'introduire davantage d'égalité dans la société. La nouvelle Constitution prévoit qu'un certain pourcentage des sièges dans les assemblées fédérale et provinciales soient réservés aux femmes, à des membres de communautés indigènes et aux Dalits, la caste la plus défavorisée. Les frontières avec l'Inde et la Chine avaient été fermées en vue du scrutin. Les forces de sécurité ont été déployées par milliers dans les bureaux de vote.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.