DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Yémen: une ONG dépose une plainte visant les EAU devant la CPI

Vous lisez:

Yémen: une ONG dépose une plainte visant les EAU devant la CPI

Yémen: une ONG dépose une plainte visant les EAU devant la CPI
Taille du texte Aa Aa
Une ONG a déposé une plainte pour "crimes de guerre" devant la Cour pénale internationale visant les Emirats arabes unis, qui soutiennent depuis mars 2015 les forces gouvernementales du Yémen dans leur conflit contre les rebelles houthis, a annoncé lundi à l'AFP l'avocat de l'association. Déposée lundi à La Haye, la plainte vise "l'utilisation d'armes prohibées", "les attaques indiscriminées contre des populations civiles" et "des actes de torture perpétrés au sein de prisons yéménites" par des mercenaires employés par les Emirats arabes unis, pays membre de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen, a précisé Joseph Breham, avocat de l'ONG Arab Organization for Human Rights in the United Kingdom, basée à Londres. Le Yémen est déchiré depuis 2014 par une guerre qui oppose les rebelles chiites houthis et leurs alliés - les forces restées fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh - aux troupes loyales au président Abd Rabbo Mansour Hadi. En mars 2015, le conflit s'est aggravé avec l'intervention militaire d'une coalition menée par l'Arabie saoudite pour aider le pouvoir à chasser les Houthis, soutenus par l'Iran. "Notre plainte vise des actes perpétrés sur le territoire du Yémen par les Emirats arabes unis qui ne reconnaissent pas la compétence de la CPI", souligne Joseph Breham. Pour autant, "les auteurs de ces crimes sont des mercenaires, employés par les Emirats et venus de Colombie, du Panama, du Salvador, d'Afrique du sud ou d'Australie, des pays qui reconnaissent la CPI. Cette dernière est donc tout à fait compétente pour initier une enquête", ajoute-t-il. L'ONG accuse ces mercenaires d'avoir utilisé des bombes à sous-munitions, interdites par la Convention d'Oslo entrée en vigueur en 2010. Ils seraient aussi responsables de nombreuses "frappes aériennes visant des habitations de civils, des hôpitaux ou des écoles". Parmi les plus de 5.000 civils tués depuis mars 2015, près des deux tiers auraient été victimes des forces de la coalition, relevait l'ONU début septembre. Enfin, les mercenaires auraient infligé "des traitements inhumains" et procédé à "des actes de torture" ou "des exécutions" dans des prisons yéménites sous leur contrôle, d'après cette plainte, dont l'AFP a eu connaissance. En juin, l’organisation Human Rights Watch (HRW) avait affirmé que les Emirats arabes unis administraient au moins deux "structures de détention informelles" au Yémen, ce que dément Abou Dhabi. Fin septembre, après d'âpres et longues négociations, le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU a décidé d'envoyer des experts internationaux pour enquêter sur d'éventuels crimes de guerre commis dans le pays. Le conflit entre rebelles et forces loyalistes a fait plus de 8.000 morts, majoritairement des civils, et plus de 44.500 blessés depuis l'intervention de la coalition arabe en mars 2015.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.